Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une première pièce du futur porte-avion français forgée au Creusot

-
Par , France Bleu Loire Océan

Alors que la coque du futur porte-avions français doit être construite aux Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire, Framatome vient de forger sur son site du Creusot (Saône-et-Loire) une première pièce de démonstration pour les chaufferies nucléaires du bâtiment militaire.

la première pièce du futur porte-avion a été fondue au Creusot
la première pièce du futur porte-avion a été fondue au Creusot - Framatome

Sa construction ne doit démarrer qu'en 2025, mais en coulisses, le chantier du futur porte-avions de nouvelle génération a déjà commencé. A Saint-Nazaire, aux Chantiers de l'Atlantique, des équipes travaillent sur les études de conception du "flotteur" du futur bâtiment militaire.  Le site d'Indret de Naval Group près de Nantes doit assurer la fabrication des gros composants et au montage des deux chaufferies nucléaires. Avant cela, il doit procéder à d'importants aménagements sur son site. Le porte-avions doit entrer en service en 2038 et remplacer le Charles de Gaulle.

Une pièce de 270 tonnes

La première pièce forgée la semaine dernière sur le site de Framatome au Creusot pèse 270 tonnes. Cet élément est une "bride de cuve", sorte de ceinture métallique sur laquelle sont ensuite fixées les vannes et pompes nécessaires au fonctionnement de la chaufferie nucléaire, a expliqué le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean. "Cette pièce de démonstration est une étape préalable à la qualification des composants des chaufferies du porte-avion", déclare Framatome dans un communiqué ce mercredi. Elle devra subir de nombreux tests pour s'assurer de sa résistance et de sa fiabilité. 

Long de 300 mètres, pesant 75.000 tonnes (45.000 tonnes pour le Charles de Gaulle), le futur navire embarquera 2.000 marins et 30 avions de combat. Ses chaufferies nucléaires seront également deux fois plus puissantes que celles du Charles de Gaulle. La maîtrise d'œuvre du porte-avion est portée par Naval Group, Chantiers de l'Atlantique et TechnicAtome. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess