Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une quarantaine de pompiers de Limoges montent à Paris pour manifester

-
Par , France Bleu Limousin

Les pompiers professionnels sont appelés à manifester ce mardi après-midi à Paris. Ils pourraient être entre 7 et 10 mille dans le cortège. Une quarantaine de pompiers de Limoges ont prévu de faire le déplacement. Notamment Nicolas Corneloup, représentant Force Ouvrière. Entretien.

Une quarantaine de pompiers de Limoges montent à Paris ce mardi pour manifester
Une quarantaine de pompiers de Limoges montent à Paris ce mardi pour manifester © Radio France - Françoise Ravanne

Paris, France

Les pompiers professionnels en ont ras le bol et comptent bien le faire savoir ce mardi dans les rues de Paris. Au moins 7 de leurs syndicats appellent à manifester à partir de 14h entre République et Nation. Notamment le syndicat Force Ouvrière, sachant que le numéro 2 de la branche pompiers est de Limoges. Avant cette mobilisation, Nicolas Corneloup répond à nos questions. Il sera dans la manifestation avec une quarantaine de ses collègues limougeauds. Entretien. 

Les pompiers manifestent rarement. Qu'est ce qui explique la mobilisation de ce mardi ?

La dernière manifestation de cette envergure là en ce qui concerne les sapeurs-pompiers remonte à 2006. Et encore, il n'y avait pas tous les syndicats. Là, 7 appellent déjà à manifester et les 2 autres pourraient aussi se joindre au mouvement. Ça veut dire que tous les syndicats ont appelé à la grève et à la manifestation  pour enfin faire entendre les revendications de l'ensemble des pompiers de France. La grogne est généralisé sur l'ensemble du territoire. On prévoit une très grosse manifestation. On pourrait être selon nos dernières estimations entre 7 et 10 mille. Ce serait historique.

Quelles sont les principales revendications ?

Il y a d'abord la revalorisation de la prime de feu qui n'a pas été revalorisée depuis 1990 ! C'est un peu notre équivalent de la prime de risque. Chez nous, elle est à 19%. Dans la police, elle est à 28%. Nous demandons à ce qu'elle soit revalorisée au même niveau que dans la police. On veut garder notre retraite actuelle. Il y a aussi la sécurité des sapeurs-pompiers. Notamment l'exposition aux fumées. On a des pompiers qui développent des cancers. Il y a aussi les agressions envers les sapeurs-pompiers. On attend une vraie prise en charge à ce niveau là. Et il y  aussi bien évidemment le manque d'effectif dans toutes les casernes. 

Il est rare d'avoir satisfaction avec une simple manifestation. Envisagez-vous une suite à ce mouvement ?

Bien évidemment qu'on réfléchi à la suite. On a quand même eu de bonnes ouvertures au niveau du ministère de l'intérieur. On attend maintenant que ça se concrétise. Christophe Castaner est censé nous recevoir et peut-être nous faire des annonces. On attend avec impatience le résultat. Mais en effet, si une seule manifestation ne suffit pas, on envisage fortement d'étendre le mouvement à tous les métiers de la sécurité. En tout cas, pour Force Ouvrière, pourquoi pas prendre contact avec SGP-FO Police pour organiser une manifestation en commun. C'est à envisager.

Par le passé, il y a déjà eu des heurts parfois très violents avec les forces de l'ordre lors de manifestations de pompiers à Paris. Est-ce que vous avez des craintes par rapport à ça ?

Evidemment qu'on craint qu'il y ai des débordements. Malheureusement, c'est possible. Tous les syndicats appellent à une manifestation dans le plus grand calme. Sans heurt. Sans violence. On a demandé à ce que les forces de l'ordre soient le plus discret possible. On n'est pas là pour casser ou pour détruire. On espère qu'en face, ce sera la même chose, qu'il n'y aura aucune provocation ni d'un côté ni de l'autre. Par le passé, ça s'est parfois mal passé. On espère que ça se passera bien ce coup ci. Même si on sait que les collègues sont très très très remontés. C'est aussi au gouvernement de faire un geste pour montrer qu'ils comprennent notre malaise. Ça pourrait calmer et temporiser un peu les choses. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu