Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une Rennaise en lice pour devenir meilleure auto-entrepreneuse du Grand-Ouest

mercredi 29 novembre 2017 à 1:03 Par Alexandre Frémont, France Bleu Armorique

Il y a presque deux ans, Margaux Betton a créé son entreprise d'activités physiques adaptées à domicile. Et ça marche plutôt bien puisqu'elle est en finale du Prix Audace 2017 Grand-Ouest, un prix qui récompense le meilleur auto-entrepreneur de la région et décerné ce mercredi à Nantes. Rencontre.

Margaux avec sa cliente du jour : Geneviève, 85 ans, tombée à plusieurs reprises. Elle a besoin d'une rééducation adaptée
Margaux avec sa cliente du jour : Geneviève, 85 ans, tombée à plusieurs reprises. Elle a besoin d'une rééducation adaptée © Radio France - Alexandre Frémont

Bruz, France

Une Rennaise meilleure auto-entrepreneuse du Grand-Ouest? C'est ce qui pourrait arriver à Margaux Betton, 26 ans, originaire de Rennes. Elle est à la tête de son entreprise depuis deux ans maintenant et a été retenu pour le prix Audace 2017 Grand-Ouest. Ce prix récompense le meilleur auto-entrepreneur de la Région Grand Ouest.

Elle a créé son entreprise d'activité physique à domicile, Adapt-T, pour "à domicile activités physiques adaptées", en voyant que rien n'était proposé pour les personnes souffrant de handicap ou de maladies chroniques qui souhaitait faire de l'activité.

Margaux se déplace chez des personnes handicapées ou atteintes de maladie chroniques, quelques soit leur âge, pour leur fournir des activités adaptées, dans toute l'Ille-et-Vilaine. Elle voit Geneviève, 85 ans, deux fois par semaine pour des séances de 30 minutes. "Elle ne se sent pas capable de faire une heure de séance alors j'adapte en fonction de chaque personne que je vois", explique Margaux. Parce qu'elle adapte autant ses séances que ses horaires, "pour être au plus proche des préoccupations de tous", détaille-t-elle.

Beaucoup de communication entre les deux filles pour correspondre au mieux aux attentes de Geneviève - Radio France
Beaucoup de communication entre les deux filles pour correspondre au mieux aux attentes de Geneviève © Radio France - Alexandre Frémont

Ces derniers jours, Geneviève, qui habite Bruz, à quelques kilomètres de Rennes, a besoin de retrouver l'équilibre après plusieurs chutes dans ses escaliers. "Je tenais une feuille à la main et je suis tombé du 1er étage la dernière fois, raconte cette dame. C'est aussi un problème avec mon âge", sourit-elle.

Un accompagnement adapté à chaque personne

Au programme : un travail de cheville, de la marche le long d'une ligne jaune posée au sol sur le tapis ou encore du travail de posture contre le mur... Tout ça permet à Geneviève de retrouver, au fur et à mesure son équilibre. "Le but est aussi d'éviter la sédentarité des personnes âgées et l'inactivité, ajoute Margaux. Certaines d'entre elles restent à domicile sans faire d'activités physiques parce qu'elles souffrent ou qu'elles ne suivent pas en cours de gym classique". C'est aussi ça qui différencie la jeune fille d'un kiné ou d'un coach à domicile : "J'interviens auprès de personnes atteintes de maladies chroniques ou vieillissantes, comme le diabète, le cancer ou avec des problèmes respiratoires, continue-t-elle. Ce ne sont que des séances véritablement adaptées à la personne qui est en face de moi".

J'ai tenté d'aider mon père pour arriver à ses objectifs, de pouvoir recourir un jour, notamment à l'aide d'une lame spécifique. Cela m'a donné le goût de faire ce que je fais aujourd'hui, c'est-à-dire redonner l'opportunité à tous de pratiquer une activité physique quelque soit son handicap ou son état de santé" Margaux, en parlant de son père, amputé au niveau du tibia.

Après 30 minutes de séance pour Geneviève, c'est le temps déjà de faire des étirements et de souffler un peu. "Je me sens étirée et un peu cassée, certes, commence la Bruzoise. Mais surtout revitalisée et revivifiée. Tout ça me donne envie de faire plus de marche à pied et m'encourage à sortir plus de chez moi".

Ce projet est toute une histoire. Le père de Margaux est amputé au niveau du tibia et a toujours eu le rêve de recourir un jour. "J'ai tenté de l'aider pour arriver à ses objectifs, notamment à l'aide d'une lame spécifique. Cela m'a donné le goût de faire ce que je fais aujourd'hui, c'est-à-dire redonner l'opportunité à tous de pratiquer une activité physique quelque soit son handicap ou son état de santé", détaille-t-elle.

Le sport à la carte pour les patients en plein boom

Si elle remporte le prix, elle songe à acquérir du nouveau matériel ou investir dans un logiciel de suivi de ses clients, "pour toujours trouver une meilleure séance pour eux", souffle Margaux avant de courir pour se rendre à son rendez-vous suivant.

Sachez que le sport à la carte pour les personnes en situation de handicap ou atteints de maladies chroniques prend de l'ampleur. Un décret voté il y a un an et entré en vigueur en mars dernier, prévoit que le médecin traitant peut prescrire une activité physique adaptée à certains patients. Ce n'est pas encore remboursé par la Sécurité Sociale, mais ça ne saurait tarder.