Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une rôtisserie de Limoges propose un "frigo solidaire" à ceux qui en ont besoin

mardi 28 août 2018 à 18:41 Par Alain Ginestet, France Bleu Limousin

La rôtisserie La Mauvendière, de Limoges, a mis en place depuis trois semaines un "frigo solidaire". Installé sur le trottoir, près du magasin, le commerce y dépose ses invendus, en libre service pour celles et ceux qui en ont besoin. Initiative originale et concrète.

Pascale Vareille, patronne de la rôtisserie La Mauvendière, à l'initiative de ce "frigo solidaire"
Pascale Vareille, patronne de la rôtisserie La Mauvendière, à l'initiative de ce "frigo solidaire" © Radio France - Alain Ginestet

Limoges, France

Donner plutôt que jeter. Voilà ce qui a guidé l'initiative de Pascale Vareille, la patronne de la Rôtisserie la Mauvendière, qui se demandait depuis un certain temps déjà que faire des invendus de son magasin. "On s'est dit qu'est-ce qu'on va en faire, et on a pensé à ce frigo qui était dans un coin du magasin et qui ne servait plus. On s'est dit, on va le mettre dedans et on verra".

Et elle a vu. Installé il y a trois semaines à peine, le "frigo solidaire" prouve son utilité : il ne reste jamais plein très longtemps. "On le remplit avec des invendus en début d'après-midi et en début de soirée, dans les demi-heures qui suivent, c'est vide" explique Pascale Vareille, qui indique que les utilisateurs sont "des gens qui sont à la rue mais pas que : il y aussi des gens qui ont du mal à boucler les fins de mois, il y en a même qui sont rentrés dans le magasin pour demander s'ils avaient le droit de se servir; on leur a dit bien sûr, c'est ouvert à tout le monde".

Pas besoin de demander

Pascale Vareille explique que pas mal de gens de la rue venaient le soir au magasin demander s'il n'y avait pas d'invendus. "Pour eux, c'est déjà dur de demander. Là, c'est libre, ils n'ont pas à demander, ils se servent, personne ne les regarde. C'est ça le but. Et ne pas gaspiller".

La commerçante invite aussi les habitants du quartier à remplir ce réfrigérateur avec les aliments comestibles qu'ils ne consommeront pas. "Je vais faire le tri et je vais repasser" répond Vanessa, qui habite une rue voisine. "C'est formidable d'autant qu'il y a quelques personnes qui demandent et sont dans le besoin dans le quartier", commente cette jeune femme, également cliente de la rôtisserie.

"_Le magasin tourne très bien, mais je sais qu'_on peut du jour au lendemain se retrouver à la rue ou en difficulté" conclut modestement Pascale Vareille. "J'aimerais, si un jour j'avais des soucis ou si mes enfants en avaient, que quelqu'un leur propose comme ça".