Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Une soixantaine d'anciens salariés de GM&S devant les prud'hommes

lundi 26 novembre 2018 à 11:27 Par Audrey Tison, France Bleu Creuse et France Bleu Limousin

Première audience ce lundi pour les 59 anciens salariés qui ont décidé de contester leur licenciement. C'est le début d'une longue procédure. Ils ont bon espoir d'obtenir des indemnités après l'invalidation du plan social par la Cour d'appel administrative.

Jean-Louis Borie, l'avocat des ex GM&S
Jean-Louis Borie, l'avocat des ex GM&S © Radio France - Olivier Estran

La Souterraine, France

Décidément, ils ne lâchent rien. Les ex-GM&S lancent officiellement leur recours devant les prud'hommes ce lundi. Ils sont 59 anciens salariés à contester leur licenciement devant la justice, 59 sur 157 personnes licenciées de l'usine de la Souterraine, elles avaient un an tout juste pour déposer leur requête. Cet après-midi, c'est donc la première audience à Guéret.

Ce lundi, il s'agit surtout d'enclencher la procédure, pas d'examiner les dossiers dans le détail. Un calendrier de plaidoirie va être établi pour fixer les différentes échéances : des dossiers à rendre par écrit, des audiences.. Il faudra plusieurs mois pour se pencher sur la soixantaine de cas. Les jugements ne seront pas rendus avant juin, voir septembre prochain, soit 10 mois d'attente pour les requérants. En septembre 2019, celà fera justement 2 ans qu'ils sont licenciés, certains perdront la totalité de leurs indemnités mensuelles, alors la reconnaissance du caractère abusif de leur licenciement serait vraiment la bienvenue pour les porte-monnaie, elle serait synonyme d'indemnités : plusieurs milliers voire dizaines de milliers d'euros chacun.

Ce plan social n'a pas été fait dans les règles, ce qui nous intéresse c'est que les salariés puissent être indemnisés et vivre dignement, explique Vincent Labrousse, ex-délégué CGT

Et ils ont de bonnes raisons d'y croire : le plan social d'il y a un an a récemment été "cassé" par la Cour d'appel administrative, les critères pour garder tel ou tel salarié sont invalidés (l'ancienneté a notamment été comptée deux fois). Ce sera le principal argument de l'avocat des ex-GM&S, maître Borie.

En amont de cette audience, la CGT appelle à un rassemblement de soutien à 14h place Bonnyaud, avant un déplacement vers les prud'hommes (rue de l'ancienne mairie à Guéret).