Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une soixantaine de salariés de l'entrepôt Aldi à Cuincy en grève après la baisse de leur prime

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

La nouvelle ne passe pas en pleine crise du coronavirus. Les salariés de l'entrepôt Aldi à Cuincy près de Douai viennent d'apprendre que la participation aux bénéfices qu'ils doivent toucher a été réduite drastiquement.

Une soixantaine de salariés d'Aldi ont stoppé le travail depuis ce lundi pour contester la baisse de leur participation aux bénéfices.
Une soixantaine de salariés d'Aldi ont stoppé le travail depuis ce lundi pour contester la baisse de leur participation aux bénéfices. - Cédric Haffner

"On est passé de 600-700 euros prévus à 200-210 euros", dénonce Cédric Haffner, délégué CGT Aldi. Depuis lundi, une soixantaine de salariés sur un peu plus de 100 ont stoppé le travail et bloquent la circulation des camions de l'entrepôt de Cuincy, près de Douai, qui alimentent les magasins de la chaîne alentours. 

Les salariés comptaient à la base sur une participation aux bénéfices (une prime) autour de 600 à 700 euros selon des expertises réalisées en amont. D'après la CGT Aldi, le montant officiel annoncé aux employés est près de trois fois inférieur avec un montant avoisinant les 200 à 210 euros. 

Une annonce qui ne passe pas alors que les salariés ont continué à travailler pendant la période du confinement. "On était comme des héros parce qu'on permettait à la population de continuer à acheter de l'alimentation et à venir se nourrir malgré toutes les problématiques qui existaient dans la société pendant cette période", s'agace Cédric Haffner. 

Le dialogue serait rompu avec la direction selon le syndicat. Cette baisse s'expliquerait "par des opérations commerciales et la préparation de publicités à la télévision, sur les médias écrits ou audios", raconte Cédric Haffner. Le mouvement pourrait perdurer si les salariés n'obtiennent pas d'augmentation de cette prime. La direction, contactée par France Bleu Nord, n'a pas encore répondu à nos sollicitations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu