Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une start-up bretonne déjoue la fraude au faux kilométrage sur les véhicules d'occasion

vendredi 5 octobre 2018 à 10:33 Par Johan Moison, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Un jeune breton a créé il y a un an une start-up pour mieux tracer les voitures d'occasion et ainsi éviter la fraude au faux kilométrage. Testé pour l'instant auprès des professionnels de la vente de voitures d'occasion, le système doit ensuite être proposé aux particuliers.

La fraude aux compteurs truqués toucherait environ 12% des véhicules d'occasion
La fraude aux compteurs truqués toucherait environ 12% des véhicules d'occasion © Radio France - Johan Moison

Saint-Brieuc, France

Trafiquer un compteur pour revendre une voiture plus chère, l'arnaque est bien connue mais difficile à déjouer. "La fraude aux compteurs kilométriques touche environ 12% des véhicules d'occasion", explique Bruno Nédélec, fondateur de Certificare.  Les députés européens réclament d'ailleurs que des mesures soient prises dans l'Union européenne pour lutter contre ce fléau.

Partant de ce constat, Bruno Nédélec a eu l'idée de créer une sorte de "carte d'identité qui retrace toutes les informations importantes du véhicule". Et ainsi offrir aux futurs vendeurs ou acheteurs "des gages de confiance et de transparence".

Une base de données sécurisée

Pour établir ces certificats, la start-up, dont le siège est installé à Saint-Brieuc, compile des données provenant des constructeurs, des distributeurs et des assureurs. Ces données recueillies lors des contrôles techniques, des entretiens du véhicule ou même lors d'un banal changement de pare-brise sont "croisées avec d’autres sources notamment des bases de données du ministère de l’Intérieur pour vérifier tout simplement que le véhicule est bien immatriculé dans le parc français". 

Cette "carte d’identité" retrace les grandes étapes du cycle de vie du véhicule depuis sa mise en circulation jusqu’à sa destruction."Si, par exemple, une voiture a fait une révision à 150.000 kilomètres et qu'elle apparaît sur une annonce six mois plus tard avec 80.000, nous avons cette donnée", souligne Bruno Nédélec. Chaque intervention sur le véhicule est en effet notifiée à la start-up. 

Il s'échange six millions de véhicules d'occasion tous les ans, c'est trois fois plus que le marché du véhicule neuf"- Bruno Nédélec, fondateur de Certificare

Les données sont stockées via une "blockchain". C'est une technologie transparente, sécurisée, sans organe central de contrôle. La base de données contient tout l'historique des échanges, donc l'utilisateur peut vérifier toute la validité de la chaîne.

La start-up teste pour l'instant son système auprès des professionnels de la vente de voitures d'occasion avant de l'étendre aux particuliers. Sur son site internet, Certificare assure respecter les lois sur la protection des données personnelles.