Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Universités : occupation de deux amphis à Marseille et Aix

jeudi 5 avril 2018 à 16:06 Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Provence

Des étudiants ont voté ce jeudi après-midi l'occupation de l'amphithéâtre principal de la faculté Saint-Charles à Marseille et l'occupation de l'amphi Guyon à la faculté des Lettres d'Aix-en-Provence contre la loi sur les nouvelles modalités d'accès à l'université.

Une AG des étudiants de la faculté Saint-Charles lors d'un blocage en novembre 2007
Une AG des étudiants de la faculté Saint-Charles lors d'un blocage en novembre 2007 © Maxppp -

Marseille, France

Plusieurs dizaines d'étudiants ont voté ce jeudi après-midi l'occupation "illimitée" de l'amphi principal de la faculté des Sciences Saint-Charles à Marseille et de l'amphi Guyon de la faculté des Lettres d'Aix-en-Provence. Ces étudiants ont également l'intention de bloquer la faculté Saint-Charles "au moins un jour la semaine prochaine", selon le comité de mobilisation.

Selon l'université d'Aix-Marseille, une vingtaine d'étudiants occupaient l'amphi de la faculté Saint-Charles à Marseille et une trentaine à Aix-en-Provence. Les étudiants protestent contre la nouvelle loi d'entrée à l'université. "Cette loi va favoriser les groupes sociaux les plus aisés au détriment du plus grand nombre", insiste de la comité de mobilisation à Marseille. 

Trois universités bloquées en France

Alors que la colère gagne les universités françaises, Édouard Philippe s'est voulu rassurant en affirmant que les examens dans les universités auraient "évidemment" lieu malgré les "violences" des derniers jours. Trois universités sont actuellement bloquées par des étudiants protestant contre la loi sur les nouvelles modalités d'accès à la fac, qu'ils assimilent à de la "sélection" : Montpellier, Toulouse et Paris-VIII.