Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Secours populaire lance un appel à l'aide dans les Pyrénées-Orientales, évoquant une "urgence alimentaire"

-
Par , France Bleu Roussillon

Depuis le début de la crise du coronavirus, l'association est submergée par l'afflux de nouveaux bénéficiaires et n'arrive plus à faire face. Pour la première fois de son histoire, le Secours populaire lance une campagne de financement participatif.

Face à l'explosion des demandes, le secours populaire n'a plus rien à distribuer dans les Pyrénées-Orientales (photo d'illustration)
Face à l'explosion des demandes, le secours populaire n'a plus rien à distribuer dans les Pyrénées-Orientales (photo d'illustration) © Maxppp - Dylan Meiffret

Qui aurait pu croire que l'on écrirait ces lignes, en 2020, dans les Pyrénées-Orientales ? Ces prochaines semaines, des centaines de personnes risquent de ne pas manger à leur faim, des enfants risquent de s’asseoir devant une assiette vide... Selon le Secours populaire des Pyrénées-Orientales, le département se trouve en état "d'urgence alimentaire"

Depuis quatre mois, l'association est submergée par l'afflux de nouveaux bénéficiaires qui subissent de plein fouet les effets économiques de la crise et qui n'arrivent plus à remplir le frigo. 

"Voilà quelque chose qui nous bouleverse : c'est désormais Monsieur et Madame tout-le-monde qui viennent taper à notre porte : des travailleurs, des artisans, des commerçants, des saisonniers ou des étudiants, explique Claude Van Leewen, l'une des bénévoles de l'association. C'est extrêmement difficile pour toutes ces personnes de demander de l'aide alimentaire pour la première fois de leur vie. Elles attendent le dernier moment, et quand elles arrivent, elles sont dans une situation d'urgence absolue".

"Nous n'avons plus rien à distribuer !"

Grâce à une mobilisation historique et l'arrivée de nouveaux bénévoles, le Secours populaire des Pyrénées-Orientales a pu distribuer ces derniers mois 7.500 colis alimentaires. "Aujourd'hui, la situation est grave : nous avons dû répondre à une telle demande que nous n'avons plus rien à distribuer ! Les stocks sont vides..."  

La situation est d'autant plus préoccupante que l'association a été contrainte d'annuler ces derniers mois la plupart de ses activités permettant de faire entrer de l'argent dans les caisses, comme la boutique solidaire. 

Besoin de 8.000 euros

Face à cette situation, le Secours populaire des Pyrénées-Orientales lance pour la première fois une campagne de financement participatif sur la plate-forme KissKissBankBank. "Ce mode de financement permet à tout le monde de faire des petits dons, de 5 ou 10 euros". À titre d'exemple, un don de 35 euros permet de constituer un colis alimentaire d'urgence permettant à une famille de quatre personnes de se nourrir pendant deux semaines (lait, farine, riz, purée, couscous, thon, sardines, haricots verts, petits pois, lentilles, soupe... )

À neuf jours du terme de la collecte, 73 contributeurs se sont déjà engagés à verser plus de 3.700 euros, soit 47% de la somme espérée. Mais selon les principes de ce mode de financement, le Secours Populaire ne touchera l'argent que si la somme de 8.000 euros est atteinte le jour de l'échéance. "Cela nous met une pression énorme : il nous reste une grosse semaine pour atteindre notre objectif. Dans le cas contraire, les donateurs seront remboursés et nous ne toucherons rien".  

À votre bon cœur ! Le compte à rebours est lancé...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu