Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Usine à pellets en haute Corrèze : avis favorable après l'enquête publique

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Creuse, France Bleu Limousin
Bugeat, France

Le commissaire enquêteur a rendu son rapport à la préfecture de la Corrèze au sujet du projet controversé d'usine de fabrication de pellets torréfiés sur la zone bois de Viam - Bugeat, en haute Corrèze. Il émet un avis favorable au projet.

Les pellets torréfiés sont destinés à alimenter des réseaux de chaleur ou des industries
Les pellets torréfiés sont destinés à alimenter des réseaux de chaleur ou des industries © Maxppp - GAETAN BALLY

La décision était très attendue par les parties prenantes au dossier, elle fera des heureux et des déçus. Après une enquête publique d'un mois sur le projet polémique d'usine de fabrication de pellets torréfiés (granulés bois) sur la zone bois de Viam - Bugeat, en haute Corrèze, et un mois et demi d'analyse et de compilation des commentaires, le commissaire enquêteur vient de rendre son rapport à la préfecture de la Corrèze.

Double avis favorable, mais...

Jean-Paul Baudet, ancien enseignant et ex directeur de l'IUT de génie civil d'Egletons, émet un avis favorable au projet porté par Carbon Ingen'R Bugeat Viam (CIBV). Cet avis favorable porte tant sur le plan de l'installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE) que sur le permis de construire sollicité par CIBV. Il émet tout de même quelques nuances car Jean-Paul Baudet note que "le choix de développement économique souhaité par les élus et une partie de la population ne peut s'opposer à un choix de vie et une approche environnementale différente prônée par les opposants au projet". Selon lui, "ces deux choix sociétaux doivent pouvoir cohabiter", écrit-il après avoir épluché 304 contributions : 124 pour le projet, 144 contre et 36 réservées. Aucune ne concerne le permis de construire en lui-même, toutes portent sur l'installation classée pour la protection de l'environnement.

"Deux choix sociétaux doivent pouvoir cohabiter"

Le commissaire enquêteur recommande, par exemple, "que l'entreprise adhère à la charte de bonnes pratiques du PNR de Millevaches", ou encore "q_u'_une nouvelle étude acoustique soit réalisée dès que l'installation sera en phase de production", mais aussi "qu'un suivi scientifique sur l'incidence des prélèvements de rémanents soit réalisé par un organisme scientifique reconnu" et enfin "un suivi régulier des rejets atmosphériques enregistrés réglementairement."

Débats passionnés

Dans ce dossier, les débats sont passionnés entre opposants au projet avec diverses motivations : nuisances sonores, olfactives, circulation des camions, impact sur la forêt limousine (l'objectif est de prélever 100.000 tonnes de souches et de branchages d'arbres dans un rayon de 80 kilomètres pour fabriquer 45.000 tonnes de pellets par an), prélèvement d'eau dans la Vézère, etc. Les partisans sont aussi à la manoeuvre, principalement pour l'intérêt économique du projet sur un territoire fragile en terme d'emplois (une vingtaine d'emplois directs, une dizaine induits). Pour autant, cela ne veut pas dire que le projet se fera. C'est le préfet de la Corrèze qui aura le dernier mot.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu