Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Usine Michelin : après des tensions entre syndicats, les discussions reprendront à Clermont-Ferrand

-
Par , France Bleu Loire Océan

Après la suspension de la réunion organisée mardi à Mûrs-Érigné, au sud d'Angers, la direction accepte de la reprendre mercredi prochain, mais dans la "Michelin city", en Auvergne, pour tenter de calmer les esprits.

Les salariés Michelin réunis devant leur usine
Les salariés Michelin réunis devant leur usine © Radio France - Marc Bertrand

La Roche-sur-Yon, France

Les Michelin discuteront finalement à Clermont-Ferrand. Les toutes premières négociations, visant à trouver une porte de sortie aux salariés du site de La Roche-sur-Yon (Vendée) menacés par la fermeture prochaine de l'usine, ont du être suspendues ce mardi 5 novembre à Mûrs-Érigné, près d'Angers, à cause de tensions entre la CGT et l'intersyndicale (CGC, SUD, CFDT et FO), sous fond de grands désaccords. La direction accepte ce mercredi de les reprendre mercredi prochain, le 13 novembre, mais à Clermont-Ferrand, "pour des raisons de sécurité". On la surnomme la "Michelin city" car l'on y trouve le siège de l'entreprise et le plus grand nombre de sites, sept au total.

Des menaces et des insultes de la part de représentants de la CGT, d'après l'intersyndicale

Selon des représentants de l'intersyndicale, la CGT, qui refuse de la rejoindre, préférant les recours juridiques aux négociations, exerce des pressions sur les élus du personnel. Comme ce mardi, lors de la toute première étape. Le ton est monté entre délégués, notamment car, toujours d'après l'intersyndicale, un délégué SUD aurait été menacé par téléphone la nuit d'avant par un délégué CGT. 

C'est donc la direction qui a fini par choisir la ville de cette première étape qui vise, pour l'intersyndicale à déterminer les dates de début et de fin des négociations, la nomination d’un expert chargé d’étudier la validité des arguments économiques présentés par l’entreprise pour justifier la fermeture, le lieu des négociations et les moyens alloués aux organisations syndicales pour négocier.

Choix de la station

France Bleu