Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Usine Smart d'Hambach : le CSE rend son avis ce jeudi sur le plan de reprise par Ineos

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le Comité social et économique (CSE) de l'usine Smart de Hambach ( Moselle) rend son avis ce jeudi sur le plan de reprise par le britannique Ineos . Les organisations syndicales devraient approuver à l'unanimité le principe du rachat même si des incertitudes demeurent sur l'avenir.

Salariés manifestant devant l'usine SMART à Hambach (Moselle) à la suite de l'annonce de la vente du site par le propriétaire allemand Daimler, 9 juillet 2020.
Salariés manifestant devant l'usine SMART à Hambach (Moselle) à la suite de l'annonce de la vente du site par le propriétaire allemand Daimler, 9 juillet 2020. © Radio France - Clément Lhuillier

Le Conseil social et économique (CSE) de l'usine Smart de Hambach ( Moselle) est réuni ce jeudi pour rendre son avis sur le plan de reprise du site par le groupe britannique Ineos . Le rachat avait été acté l'été dernier, à condition de maintenir la production de la petite voiture jusqu'en 2024. D'ici là, le premiers modèles automobiles du repreneur, un 4X4 baptisé Grenadier, pourraient être assemblés à Hambach dès la fin 2021.

Si les membres de l'intersyndicale CGT, CFDT, CFTC, FO, CFE-CGC sont plutôt favorables au principe d'une reprise, il reste encore des inquiétudes et un manque de visibilité pour l'avenir.

" C'est une position favorable dans le sens où si Ineos n'était pas là, aujourd'hui on serait peut être à la porte" - Thomas Di Francesco, délégué CGT du site Smart 

Les instances représentatives du personnel du groupe ont travaillé à " sécuriser, dans un accord ", les éventuelles réductions d'effectifs qui pourraient intervenir avant cette date.  

Même si pour Thomas Di Francesco, délégué CGT du site , l'accord " n'est pas à la hauteur d'un groupe comme Daimler. Ce n'est pas encore finalisé, mais pour moi ils ne bougeront plus "

Des interrogations sur l'après 2024

L'arrivée du groupe Ineos , dont l'activité principale est la pétrochimie, dans le secteur automobile, laisse encore certains salariés "dubitatifs", d'après Thomas Di Francesco. Le délégué CGT  poursuit : "On s'interroge sur l'absence de motorisation électrique par Ineos par exemple".

Smart était devenue une usine verte, avec des véhicules 100% électriques. Aujourd'hui nous allons travailler sur un 4X4 avec un gros moteur, plus polluant - Thomas Di Francesco, délégué CGT

Près de 1 300 emplois, sur les 1600 crées par le site, sous-traitants inclus, devraient néanmoins être maintenus après 2024.

Daimler, la maison mère de Smart et Mercedes, avait dans un premier temps évoqué la délocalisation de la production de la Smart au printemps 2019, avant d'annoncer la vente définitive du site l'été dernier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess