Économie – Social

Usines d’éoliennes au Havre : Areva se veut rassurant

Par Olivier Duc, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mardi 24 février 2015 à 15:41

Le quai Joannes Couvert au Havre doit accueillir les deux futures usines d'éoliennes d'Areva pour 2018
Le quai Joannes Couvert au Havre doit accueillir les deux futures usines d'éoliennes d'Areva pour 2018 © Olivier Duc-Radio France - Olivier Duc

Areva confirme ce mardi qu’il déposera courant 2015 les permis de construire pour ses deux usines d’éoliennes au Havre. Le géant français du nucléaire affirme qu’elles seront opérationnelles pour 2018 afin d’équiper les futurs champs d’éoliennes en mer de St Brieuc, du Tréport et de Noirmoutier. Mais les acteurs locaux attendent un signal fort d’Areva.

Areva se veut rassurant sur son projet industriel au Havre alors que les nuages s’amoncellent sur ses comptes. Le 4 mars prochain, le géant français du nucléaire publiera ses comptes détaillés et ses décisions stratégiques pour les redresser. Ce rendez-vous n’aura pas d'incidence sur ses engagements havrais. Areva affirme qu’il n’y a aucune remise en cause du projet de construire deux usines d’éoliennes ni de son calendrier. Les permis de construire seront déposés courant 2015 et les sites de fabrications de pales et d’assemblage de turbines seront opérationnels en 2018. Ces usines devraient créer 750 emplois.

Attente au Havre d’un signal fort

Areva attend cependant de la part de l’Etat qu’il valide la demande d’installer des éoliennes non plus de 5MW mais de 8MW pour le futur champ d’éoliennes de St Brieuc. Il achève également le regroupement de ses activités éoliennes en mer dans une société commune avec l’Espagnol Gamesa. Si le ton se veut toujours rassurant, les acteurs locaux attendent désormais du concret.

Dans ses vœux, en janvier dernier, le directeur du Grand Port maritime du Havre avait déclaré qu’il souhaitait plus que jamais un "signal fort " d’Areva sur ces usines. Les collectivités ont bouclé depuis un an le financement pour accompagner le projet. Et les travaux préparatoires pour libérer les quais qui accueilleront les futures usines ont été menés par le port. Ce "signal fort " tant attendu pourrait prendre la forme soit du dépôt des fameux permis de construire, soit de la signature d’une convention d’occupation temporaire des terrains mis à disposition par le port du Havre.

À LIRE AUSSI :

Areva prévoit de supprimer 500 emplois en cinq ans à La Hague Tricastin : Areva va-t-il supprimer des postes ?