Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"On va finir à la rue ! C'est ce qu'ils veulent ?"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le bailleur social dijonnais Habellis va augmenter ses loyers de 1,53% dès le 1er janvier prochain. La décision vient d'être actée par le conseil d'administration. Pour les locataires, c'est un nouveau coup dur car la plupart ont déjà du mal à joindre les deux bouts.

HLM - illustration
HLM - illustration © Maxppp - Vincent Isore

Dijon, France

Jamila vit dans un T3 de 61 mètres carré avec son mari et deux ados dans le quartier des Grésilles. Elle n'est pas locatrice chez Habellis, mais un autre bailleur social dijonnais. La perspective d'une hausse d'un loyer la fait frémir, car il est fort probable que d'autres bailleurs sociaux suivent le mouvement. 

"La priorité, c'est les enfants et les factures" - Jamila 

Jamila paye déjà pratiquement 600 euros par mois. "C'est cher" mais elle estime que cela vaut le coup pour ses enfants et la tranquillité de la famille, car son immeuble est situé dans un endroit calme. Mais elle s'indigne que tout augmente de jour en jour. "On se sert la ceinture une semaine après la rentrée de la paye." Pourtant, elle et son compagnon travaillent tous les deux. Cela fait 5 ans que je ne suis pas partie en vacance" explique t'elle. La priorité pour Jamila, "c'est les enfants et les factures"!  

Un immeuble et sa cheminée en train de fonctionner durant l hiver - Maxppp
Un immeuble et sa cheminée en train de fonctionner durant l hiver © Maxppp - Vincent Isore

"On vit avec ce qui reste dans les placards" - Une locataire

Un peu plus loin, une femme attend patiemment dans une laverie qu'une machine termine de laver son linge. Une hausse des loyers ? C'est juste impensable pour elle. Elle débourse 600 euros par mois pour un logement F3 en HLM dans lequel elle vit avec sa fille. Ses fins de mois sont déjà très difficiles. "Au 15 du mois, avec tous les autres prélèvements, il ne reste plus rien. On vit avec ce qui reste dans les placards. Toutes les factures sont payées mais on n'a plus de quoi manger. Ca me fout les boules. Déjà on n'a plus rien à manger. Bientôt on n'aura plus de quoi payer notre loyer. Et puis après ? On va se retrouver à la rue ? C'est ça qu'ils veulent ?" s'indigne t'elle.  

L'association CLCV de Côte-d'Or dénonce aussi ces hausses de loyers de la part des bailleurs sociaux. Son président, David Demey est l'invité de France Bleu Bourgogne ce vendredi 25 octobre à 8h23. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu