Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vague artificielle à St Jean-de-Luz : la rencontre avec les élus est pour fin septembre

-
Par , France Bleu Pays Basque

L'entreprise Boardriders avance sur son projet de vague artificielle. Elle le présentera au maire en septembre. Une pétition d'opposant a déjà réuni 5.700 signatures.

Grande plage de Saint-Jean-de-Luz
Grande plage de Saint-Jean-de-Luz © Radio France - Stéphane Garcia

"Non, je n'ai pas rencontré l'entreprise Boardriders". Le maire de St Jean de Luz Jean-François Irigoyen dégonfle la polémique née sur les réseaux sociaux. Pas de rencontre cachée cet été, même si une réunion est prévue : "On doit se voir fin septembre pour voir l'avancement de leur pré-projet de piscine à vagues" précise le maire qui ajoute : "Ils sont en train de consulter leurs différents cabinets en terme d'urbanisme et d'écologie, et je n'en sais pas plus". Boardriders (propriétaire de la marque Quiksilver), un des leaders mondiaux de l'économie du surf, considère de son côté qu'elle vit mieux dans le secret, et ne communique pas. Il n'empêche, ce projet fait polémique, une pétition a déjà rassemblé 5.700 signatures et demande que les terres où le projet est prévu permettent "le maintien d'une agriculture locale et paysanne".

Vague ou pas vague, il n'y aura pas d'activité agricole avertit Jean-François Irigoyen : "Soyons clairs : ce terrain n'a jamais été à vocation agricole. Ce terrain Jalday IV, l'extension de la zone d'activité de Jalday a toujours été destiné à une vocation économique depuis 15 ans. Si ça n'est pas une piscine à vagues, ça sera une entreprise quelconque"

Jean-François Irigoyen (maire de St Jean-de-Luz) : "c'est un terrain qui a toujours été à vocation économique depuis 15 ans".

Le projet de vague artificielle sur un plan dévoilé par l'opposition municipale (capture d'écran)
Le projet de vague artificielle sur un plan dévoilé par l'opposition municipale (capture d'écran) -

Un désastre écologique

L'opposition municipale Herri Berri ne voit pas le dossiers du même œil bien entendu. Pour Peio Etcheverry-Ainchiart : "Ce projet de surf park est un véritable désastre écologique. La zone concernée a toujours été une zone agricole et naturelle et elle n'est devenue une zone de développement économique que par la volonté de la majorité en place, dans le cadre de l'élaboration du PLU". Le Plan Local d'Urbanisme avait réservé les terrains de Jalday, à l'entrée nord de la commune, sur lesquels sont implantés un centre commercial, une grosse entreprise de transport et de nombreux artisans. "Quand on voit la situation de ce terrain, la destination qui lui est promise avec ce surf park, le succès de notre pétition, nous voyons qu'il y a une masse critique assez importante, une légitimité assez forte, pour demander un référendum d’initiative locale auprès des luziens". 

L'autre groupe d'opposition, "Un nouvel élan pour St Jean", ne s'est pas encore exprimé sur ce sujet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess