Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vague de froid : la mairie de Paris réquisitionne un gymnase face au manque d'hébergements d'urgence pour les sans-abri

dimanche 3 décembre 2017 à 22:02 Par Marc Bertrand, France Bleu Paris et France Bleu

Chaque année, la mairie de Paris réquisitionne des bâtiments municipaux pour augmenter le nombre de place d'hébergement d'urgence pour les sans-abri. Quelques centaines de place au plus, mais qui permettent de combler un peu le manque cruel de lits au coeur de l'hiver.

La mairie a réquisitionné pour 3 semaines un gymnase du 15e arrondissement, afin d'accueillir des sans-abris
La mairie a réquisitionné pour 3 semaines un gymnase du 15e arrondissement, afin d'accueillir des sans-abris © Radio France - Marc Bertrand

Paris, France

Le froid s'est abattu sur la région parisienne depuis la fin de semaine dernière. Et comme chaque année, cela pose la question de la mise à l'abri des personnes qui dorment à la rue.

Le 115, un numéro d'appel toujours saturé

L'Etat a 10 000 places d'hébergement d'urgence disponibles à Paris, 30 000 pour toute la région Île-de-France depuis le déclenchement du plan hiver début novembre. Les sans-abri doivent appeler le samu social, le fameux 115 pour y accéder, mais les places sont prises d'assaut quand les températures descendent. Et le manque est criant : seulement 30% des appels aboutissent à une proposition d'hébergement, selon le Samu social.

Nous venons en renfort du dispositif hivernal proposé par l'Etat. Ce sont en tout 450 places qui peuvent être proposées dans les gymnases de la ville" - Aurélie Jean, coordinatrice du plan hivernal au centre d'action social de la ville

Alors chaque année, la mairie de Paris agit elle aussi. Elle réquisitionne ce qu'elle peut, des salles de sport ou des locaux pour les associations. Depuis ce week-end, la ville a ouvert un premier gymnase rue de la Croix-Nivert, dans le 15e arrondissement pour accueillir 60 sans-abri par nuit. D'autres pourront ouvrir en fonction des besoins au cours de l'hiver.

Dans ce gymnase, les personnes accueillies se voient proposer un lit de camp installé sur le parquet de basket, une douche, un repas chaud. Tout au long de la semaine, des psychologues, des médecins et des travailleurs sociaux leur rendent visite, notamment pour tenter de leur trouver une solution de relogement plus pérenne, en foyer, en résidence ou dans un logement privatif.

Deux nouveaux sites de l'ouest parisien proposés pour accueillir des sans-abri

La maire de Paris a lancé en novembre un "appel à la mobilisation générale" aux entreprises, aux institutions publiques et privées, aux bailleurs sociaux et aux simples citoyens qui sont propriétaires de bâtiments ou de logements inoccupés, afin de trouver des lieux d'hébergement pour les personnes à la rue.

Dimanche, la ville a proposé à l'Etat deux nouveaux sites de l'ouest parisien pour y accueillir les sans-abri. L'un est à Neuilly-sur-Seine mais la mairie en est propriétaire, l'autre c'est l'ancien hôpital militaire du Val-de-Grâce, fermé au début de cette année.