Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Val d'Ajol : une association se crée pour dénoncer la nouvelle taxe sur les ordures ménagères

lundi 9 avril 2018 à 13:52 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Sud Lorraine

Une association va voir le jour ce vendredi 13 avril au Val d'Ajol pour dénoncer la taxe sur les ordures ménagères. Cette taxe remplace l'ancienne redevance depuis le 1er janvier 2017. Conséquence : pour certains foyers, la facture est bien plus salée qu'auparavant.

Le SICOVAD rappelle que "la facture a baissé pour une grande partie des foyers ajolais"
Le SICOVAD rappelle que "la facture a baissé pour une grande partie des foyers ajolais" © Radio France - Lucas Valdenaire

Le Val-d'Ajol, France

Ils ont décidé de passer le pas : un collectif de citoyens ajolais a décidé de se réunir en association "pour peser un peu plus dans les débats". Depuis le 1er janvier 2017 et la fusion des deux communautés de communes (celle de la porte des Hautes-Vosges et celles des Vosges méridionales), la redevance versée pour le ramassage des ordures ménagères a été remplacé par une taxe. 

Désormais, la facture ne se base plus sur le nombre de personnes à l'intérieur du foyer, mais sur la valeur locative. Conséquence : pour certains habitants de la communauté de communes, la facture a été multipliée par deux, par cinq et même, dans certains cas, par dix. "Je donnais 95,70 euros, raconte Nicole, une habitante du Val d'Ajol membre du collectif. Désormais, j'en paie 200 !"

"Ce qui est profondément injuste, c'est que cela n'a rien à voir avec la quantité de déchets générés."

Une "injustice" qui touche particulièrement les Ajolais, estime le maire de la commune Jean Richard : "nous avons des bases locatives surévaluées, si bien que nos habitants sont surtaxés par rapport à d'autres secteurs."

"Vous avez une personne vivant seule dans une très grande maison et elle paie 900 euros ! Elle en payait 90 auparavant. Ça n'a rien à voir avec le service rendu."

Pourtant, ce changement de taxation profite a beaucoup d'autres foyers. Au Val d'Ajol, une majorité d'entre eux ont vu leur facture baisser sensiblement. "Il y a une injustice énorme, pour peut-être une minorité, mais pourquoi laisser une minorité de côté ?" demande Françoise Rapenne, membre du collectif.

"L'égalité devant l'impôt n'est pas respectée."

"C'est sûr que quand un mode de tarification change, il y a des gagnants et des perdants," reconnaît Benoît Jourdain, le président du SICOVAD, le syndicat qui collecte les déchets dans une centaine de communes vosgiennes. "Au Val d'Ajol, il y a beaucoup plus de gagnants que de perdants."

"Simplement, quelques perdants ont décidé de politiser le dossier, c'est tout."

Benoit Jourdain confirme également que le taux de taxation devrait baisser de quelques dixièmes pour l'année 2018. Un vote est attendu ce mercredi en conseil communautaire sur la question.

De son côté, le député divers droite des Vosges Christophe Naegelen s'est emparé, lui aussi, du dossier. Il a d'ailleurs écrit une nouvelle fois au ministre de l’Économie et des finances le mois dernier pour tenter de trouver une solution (il l'avait déjà fait au mois de janvier et le gouvernement lui avait répondu par écrit). Une nouvelle réponse est attendue dans les prochains jours.