Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Création d'une épicerie solidaire à Valdoie

dimanche 17 mars 2019 à 8:48 Par Loïc Bongeot, France Bleu Belfort-Montbéliard

L'ouverture d'une épicerie solidaire est prévue mi-avril dans les locaux du Centre Communal d’Action Social (CCAS) de Valdoie

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Nicolas Crozel

Valdoie, France

La maire de Valdoie, Corinne Coudereau lance un projet pour les plus pauvres de sa commune. Les travaux de l’épicerie solidaire ont commencés au Centre Communal d'Action Social (CCAS). Ils devraient s’achever en avril prochain. Ce lieu a pour vocation de revendre des produits alimentaires à bas prix pour les habitants les plus précaires, mais aussi offrir des services multiples. L’objectif est simple : s’occuper des personnes enfermées dans leur isolement, parfois depuis des années. 

Des denrées alimentaires et des services

L’épicerie solidaire est créée en partenariat avec la banque alimentaire qui se chargera de l’approvisionnement de la nourriture vendue. Elle est donnée par les grandes surfaces ou dans le cadre des collectes nationales (fin novembre) ou même par des particuliers tout au long de l'année. Une fois acheminée dans l’épicerie son prix est cassé. Les produits hors Union-Européenne eux, sont donnés puisque la loi interdit leur revente, pour le reste, les consommateurs trouveront des prix à moins 80 %. Un système de bon d’achat est mis en place, son montant accordé aux bénéficiaires par mois est défini en commission. 

La maire Corinne Coudereau rêve d’un véritable lieu de solidarité et de partage. Des ateliers, des interventions et de la lecture seront proposés dans le local. Des services pourraient même être rendus par le tissu associatif, les artisans et les commerçants de la commune. « Ils pourraient offrir deux heures de leur temps par mois pour des personnes isolées qui n’ont pas les moyens de faire des petits travaux chez eux » imagine-t-elle.  

« Agir sur du cas par cas »

Une commission se réunira régulièrement pour étudier les dossiers des éventuels bénéficiaires. Si les membres de la commission ne sont pas encore choisis, sa composition devrait se rapprocher du conseil d’administration du CCAS (élus de la majorité et de l’opposition, associations sociales …). Aucun critère général n’est pour le moment défini pour devenir bénéficiaire, Corinne Coudereau assure que tous les éléments de chaque dossier seront étudiés.