Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Valence paie trois jours de courses pour le piquet de grève à la prison

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

La ville de Valence a offert 750 euros en bons d'achat alimentaires aux gardiens de prison qui tiennent un piquet de grève depuis sept jours devant l'établissement. Le maire Nicolas Daragon (LR) justifie ce soutien de la collectivité.

Rassemblement de gardiens devant le centre pénitentiaire de Valence (Drôme)
Rassemblement de gardiens devant le centre pénitentiaire de Valence (Drôme) © Radio France - Nathalie Rodrigues

Est-ce au contribuable valentinois d'apporter un soutien financier aux grévistes de la prison ? La mairie a offert 750 euros en bons d'achat pour que les gardiens de prison achètent de la nourriture dans un commerce valentinois, de quoi payer les repas de midi pour trois jours de piquet de grève.

"Cette grève défend aussi l'intérêt des Valentinois"

D'après Nicolas Daragon, maire LR de Valence, et élu municipal depuis 23 ans, ce serait la première fois que la Ville apporte ainsi un soutien matériel à un mouvement social. "Cette grève défend aussi l'intérêt des Valentinois" explique t-il.

"Le fait que les conditions de détention à Valence exposent les gardiens, ça expose aussi les personnes qui habitent autour. J'ai de très nombreuses plaintes parce que tout l'été il y a des cris, des feux d'artifice, des parloirs sauvages. Si on ne met pas en œuvre les moyens pour assurer la sécurité, ce sont des Valentinois qui souffrent de cette situation." — Nicolas Daragon, maire LR de Valence

Nicolas Daragon explique pourquoi la collectivité apporte un soutien financier aux surveillants grévistes

Nicolas Daragon ajoute qu'il n'est pas le seul maire à s'engager ainsi. 

"J'ai un collègue qui a décidé de prendre en charge la rémunération des grévistes. La Ville de Valence n'a pas les moyens de faire ça. Mais apporter un soutien, même symbolique, sous forme de denrées alimentaires, ça me paraissait utile et nécessaire pour les Valentinois." — Nicolas Daragon, maire LR de Valence

Nouveau déblocage par les CRS

Ce mercredi matin, les CRS sont à nouveau intervenus pour débloquer l'entrée de la prison pour ceux qui auraient souhaité prendre leur poste. Une centaine de surveillants grévistes étaient à nouveau rassemblés devant l'établissement. Il n'y a pas eu d'incident. Ce sont des policiers qui assurent les parloirs pour les familles des détenus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess