Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Valse de camions ce jeudi à la centrale nucléaire de Civaux

mercredi 24 août 2016 à 16:00 Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou

Des gros travaux commencent ce jeudi 25 août sur le site de la centrale nucléaire de Civaux, pour construire un nouveau groupe électrique de secours. Pour cette première journée de chantier, des camions-toupies vont effectuer une cinquantaine de rotations entre Civaux et Vivonne, de 3h à 13h.

Les camions-toupies vont circuler entre Civaux et la ville de Vivonne.
Les camions-toupies vont circuler entre Civaux et la ville de Vivonne. © Maxppp - maxppp

Civaux, France

Les camions-toupies vont se relayer, ce jeudi 25 août, entre la centrale nucléaire de Civaux et la ville de Vivonne (Vienne), où se trouve un centrale-béton. Les engins de chantier doivent effectuer environ 50 rotations au total, de 3 heures à 13 heures, soit une valse de 4 à 5 camions par heure.

Objectif : apporter 400 m3 de béton, à couler en continu, pour construire un radier. Cette plateforme sera la base d'un nouveau bâtiment, raccordé au réacteur numéro 2. A terme, il abritera un groupe électrique de secours, appelé par EDF "diesel d'ultime secours".

Renforcer la sécurité après Fukushima

Pour le réacteur numéro 1, le chantier débutera au mois de septembre puisque ces nouveaux bâtiments doivent être construits pour chacune des deux unités de production. Ils permettent de renforcer la sécurité du site, après la catastrophe de Fukushima, en mars 2011.

Au total, ces travaux doivent durer deux ans, jusqu'à l'été 2018, avec 60 à 150 personnes mobilisées, en fonction des phases du chantier.