Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vandoeuvre-lès-Nancy : mobilisation pour sauver 60 postes de chercheurs

mardi 28 novembre 2017 à 16:20 Par Isabelle Baudriller, France Bleu Sud Lorraine

Les salariés de l'INRS (Institut national de la Recherche en sécurité) à Vandoeuvre-lès-Nancy se sont mobilisés ce mardi 28 novembre contre un projet de 60 suppressions de postes de chercheurs et de baisse de leur budget de 20%. D'autres actions sont en préparation.

Le"R" pour "recherche" du sigle INRS a été symboliquement décroché
Le"R" pour "recherche" du sigle INRS a été symboliquement décroché - Denis François, INRS

Au lever du jour, ils ont allumé un feu devant l'entrée de l'INRS (Institut national de la Recherche en Sécurité) à Vandoeuvre-lès-Nancy et ont symboliquement décroché le "R" de leur sigle. Les salariés de l'institut - ils sont 400 au total dont 150 chercheurs - dénoncent le projet de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) de faire baisser (à partir de 2018 et sur quatre ans) de 10% les effectifs de chercheurs et de 20% le budget de fonctionnement. Ce qui se traduirait par 60 suppressions de postes.

Pour François Brand, élu CFDT et secrétaire du Comité central d'entreprise, le projet équivaut à "mettre complètement en sommeil le seul centre de recherche en France sur la prévention des accidents du travail et les maladies professionnelles. Alors qu'aujourd'hui, les ministres du Travail et de la Santé, Mesdames Pénicaud et Buzyn, évoquent sans cesse la prévention pour réduire le coût et le nombre d'accidents du travail et de maladies professionnelles. Allez y comprendre quelque chose !"

Selon le représentant CFDT, le directeur du centre a confirmé le "coup de rabot" devant une centaine de salariés réunis en assemblée générale. Les salariés de l'INRS prévoient d'autres actions pour défendre leur cœur de mission : ils "promèneront" leur "R" symbolique place Stanislas à Nancy vendredi 1er décembre pour fêter à leur manière la Saint-Nicolas. La semaine prochaine, ils entendent organiser un relais à pied entre Nancy et Paris avant d'être reçus vendredi 8 décembre au ministère du Travail.