Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Action contre les compteurs linky : soutien à un syndicaliste entendu par la police à Nancy

-
Par , France Bleu Sud Lorraine
Vandœuvre-lès-Nancy, France

Une centaine de syndicalistes CGT étaient présents, ce mercredi 3 mai, devant le commissariat de Vandoeuvre, à côté de Nancy, pour soutenir un collègue entendu par la police. La direction d'Enedis, a porté plainte après une action syndicale, en février 2017, contre les compteurs Linky.

Un compteur linky
Un compteur linky © Maxppp - maxppp

Devant le commissariat de Vandoeuvre, en Meurthe-et-Moselle, une centaine de militants CGT sont venus soutenir un collègue. Pascal Theis, le secrétaire général de la section énergie de la CGT en Meurthe-et-Moselle Sud, a été interrogé pendant une heure par la police ce mercredi 2 mai. La direction de la filiale d'EDF a porté plainte après une action syndicale à laquelle il a participé, en février 2017, contre les compteurs Linky. Des militants de la CGT avaient retiré des dizaines de cartes "sim" qui permettent de transmettre les données des compteurs Linky. Des cartes électronique remises deux heures plus tard à la direction. Une action symbolique et médiatique pour exiger plus de droit pour les prestataires extérieurs qui posent les nouveaux compteurs électriques. Le syndicat demande "d'avoir un lien plus étroit avec les prestataires de service et qu'ils travaillent dans des conditions convenables" explique Pascal Theis.

La direction met la "pression" avec cette "attaque directement menée contre le syndicat"

Le syndicaliste estime que la réaction de la direction d'Enedis est disproportionnée :

C'est une pression puisque c'est une attaque directement [menée contre] le syndicat. On s'aperçoit que les employeurs au lieu de répondre aux revendications légitimes des salariés, voire des usagers, sont plutôt sur la répression des dirigeants des syndicats qui organisent des opérations en toute sécurité pour les usagers mais aussi pour ceux qui les font." Pascal Theis - syndicaliste CGT

Il affirme que deux heures après la médiatisation de l'affaire, en février 2017, les syndicalistes avaient replacés toutes les "cartes sim". Une preuve de bonne foi selon Pascal Theis qui ne souhaite pas que "les usagers subissent l'intervention de certains salariés qui [agissent] sous pression" explique-t-il.

Une délégation de la CGT a été reçue ce mercredi matin par la direction d'Enedis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu