Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Commerces et lieux fermés avec le confinement : plus de 200 personnes rassemblées à Veauche

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

"On veut travailler", c'était le mot d'ordre de cette manifestation à Veauche (Loire) à l'initiative de plusieurs associations de commerçants ce samedi matin. Le rassemblement a drainé plus de 200 personnes.

Plus de 200 personnes ont manifesté devant ce cercueil symbisant la crainte de fermeture définitive de nombreux commerces.
Plus de 200 personnes ont manifesté devant ce cercueil symbisant la crainte de fermeture définitive de nombreux commerces. © Radio France - ER

Des commerçants de la plaine du Forez se sont donnés rendez-vous sur la parking de l'escale à Veauche (Loire) ce samedi 21 novembre. Plus de 200 personnes sont venues exprimer leur mécontentement et leur inquiétude du fait de leur fermeture ou de leur activité limitée avec le confinement. 

Des indépendants et des salariés venus d'Andrézieux-Bouthéon, de Saint-Just-Saint-Rambert, de Saint-Galmier ou encore de Chambœuf ont fait le déplacement.  Rassemblement d'abord autour d'un cercueil avant d'aller déposer des roses blanches devant les boutiques fermées de la cité Saint-Laurent toute proche. Si la plupart espère pouvoir rouvrir prochainement du fait du report du _black friday_avec une limite portée à un client pour huit mètres carrés (contre quatre dans l'actuel protocole sanitaire), d'autres ne voient pas le bout du tunnel. 

"La seule solution, c'est la corde !"

Des patrons de bars, de boites de nuit, de restaurants et de lieux de loisirs ainsi que leurs salariés ont exprimé leur vif désarroi directement au député La République en marche, Julien Borowczyk présent. L'élu et médecin leur a rappelé la priorité donnée à la santé et la "santé de nos concitoyens". "Nous sommes aussi vos concitoyens aussi. On va survivre au virus mais on va mourir de faim dans ce cas-là", lui ont rétorqué des salariés et gérants de laser game, trampolines, escape game ou encore de bowling. "Nous avons tous des cautions, des crédits sur la tête. Si on ferme, demain, c'est chez nous que l'on ne pourra pas tenir. La seule solution c'est la corde !". 

"Des vies de travail sont en train de partir en fumée, poursuit un autre gérant. Il faut vraiment que le cas du loisirs in door soit pris en compte avec des aides supérieures parce que les trous qui sont en train de se creuser sont abyssaux".  Réponse du député La Rem qui leur a donné son numéro de portable : "Je serai là-dessus à vos côtés parce qu'il y a un problème d'équité."

Plusieurs salariés et dirigeants de loisirs d'intérieur (indoor) particulièrement inquiets de leur avenir.
Plusieurs salariés et dirigeants de loisirs d'intérieur (indoor) particulièrement inquiets de leur avenir. © Radio France - ER

Les tests antigéniques permettront-ils de rouvrir les bars, boites de nuit, restaurants et lieux de loisirs ?

Et Julien Borowczyk de leur présenter le scénario envisagé : celui d'un recours massif aux tests antigéniques couplé à l'utilisation de l'application Tous antiCovid pour permettre une réouverture durable des lieux de loisirs, boites de nuit, bars et restaurants. "Si quelqu'un veut entrer dans telle ou telle structure, il faudra avoir réalisé le test", explique le député de la plaine. "Mais demain, est-ce que les gens vont faire la démarche ? Ils vont dire, non, je renonce à ce loisirs, c'est trop de contrainte", se demande un des manifestants. Ça ne nous permettra pas de retrouver un chiffre d'affaires, ni de couvrir nos charges".   

Cette manifestation de la même teneur que celle des commerçants de Saint-Chamond le 11 novembre intervient alors que le président de la République doit à nouveau prendre la parole mardi 24 novembre.

Minute de silence, cercueil et roses blanches pour exprimer le désarroi et les inquiétudes de plusieurs secteurs à l'arrêt du fait du confinement.
Minute de silence, cercueil et roses blanches pour exprimer le désarroi et les inquiétudes de plusieurs secteurs à l'arrêt du fait du confinement. © Radio France - ER
Choix de la station

À venir dansDanssecondess