Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vélib' : les premières lettres de licenciement sont arrivées chez les salariés grévistes

lundi 11 juin 2018 à 15:00 Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Paris

Une trentaine de salariés grévistes de Vélib', avaient convié la presse, ce lundi matin, devant le dépôt d'Alfortville, dans le Val de Marne, pour annoncer la réception d'une dizaine de lettres de licenciement, en attendant les suivantes. Ils se préparent pour un recours devant les Prud'hommes

les salariés licenciés de Vélib'
les salariés licenciés de Vélib' © Radio France - Sylvie Charbonnier

Alfortville, France

Ils sont une dizaine, à ce jour, à avoir reçu leur lettre de licenciement pour faute grave, les autres devraient suivre dans les prochains jours. Le nouvel opérateur de Vélib', Smovengo,  reproche à la trentaine de grévistes, l'illégalité de leur mouvement de grève. Pour la société, il s'agit d'"abandon de poste", dans une grève "illicite". Ce lundi matin,  les salariés avaient convié la presse,  devant le dépôt d'Alfortville, dans le Val de Marne. Ils contestent ces licenciements et réclament le soutien des élus de la Ville de Paris. Auprès d'eux, ce lundi matin, la conseillère de Paris de la France Insoumise, Danielle Simonnet, ainsi que le communiste Nicolas Bonnet-Ouladj. Pour eux, licencier des salariés, parce qu'ils sont grévistes est une démarche totalement irrégulière. Pour Danielle Simonnet, les élus, en charge du dossier, à la Ville de Paris, ne font pas leur travail " que fait madame Baratti Elbaz, la présidente du syndicat mixte, que fait monsieur Najdovski, adjoint d'Europe Ecologie les Verts, en charge du transport ? S'ils ne sont pas capables d'exiger de Smovengo de respecter le droit du travail... alors, qu'ils démissionnent! " 

Pour l'élu communiste Nicolas Bonnet-Ouladj, "il est inacceptable, dans notre pays, des personnes qui se mettent en grève soient licenciés. J'appelle à la responsabilité politique, tous ceux qui ont le dossier entre les mains". 

De gauche comme de droite, la même question : "que fait la Ville de Paris?"

D'un côté à l'autre de l'échiquier politique, les mêmes critiques. Dans un communiqué, ce lundi, le Groupe LR et Indépendants au Conseil de Paris, dénonce: " Des salariés de Vélib' licenciés avec la complicité de la Ville de Paris", déplorant que cette situation soit " la conséquence d'une transition bâclée, om la question des salariés n'a pas été anticipée".  Pour les élus LR, Smovengo utilise les salariés comme " bouc-émissaires". 

les salariés licenciés de Vélib' - Radio France
les salariés licenciés de Vélib' © Radio France - Sylvie Charbonnier

Les salariés dénoncent une "faillite sociale", en plus de la "faillite industrielle", Smovengo n'ayant toujours pas déployé tout son matériel, dans les temps prévus. Prochaine étape du conflit : un recours devant le tribunal des Prud'hommes