Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vendée : le fabricant d'électroménager S20 industries n'a toujours pas de repreneur

-
Par , France Bleu Loire Océan

L'inquiétude grandit parmi les 80 salariés du fabricant d'électroménager S20 industries basé à La Roche-sur-Yon. Les candidats à la reprise avaient jusqu'à ce vendredi pour déposer leur dossier, deux se sont manifestés mais ne préserveraient pas tous les emplois.

L'entreprise S-20, ex Fagor-Brandt a été placée en redressement judiciaire le 24 avril 2019.
L'entreprise S-20, ex Fagor-Brandt a été placée en redressement judiciaire le 24 avril 2019. © Radio France - Marc Bertrand

La Roche-sur-Yon, France

À la Roche-sur-Yon, l'inquiétude grandit pour les 80 salariés de le fabricant électroménager S20 industries. Les deux candidats qui avaient déposé une offre de reprise n'ont pas été acceptés par l'administrateur judiciaire. C'est Philippe Bréger, délégué du personnel, qui l'a annoncé à ses collègues ce vendredi matin. Depuis fin avril l'entreprise de la Roche-sur-Yon est placée en redressement judiciaire.

Des offres jugées pas assez solides

La première offre est celle de l'entreprise Malongo qui propose la reprise de cinq salariés, pour continuer la production des machines à café. Cette première offre a été rejetée car elle ne présentait aucune garantie d'emplois stables sur le long terme.  La seconde est celle des dirigeants actuels qui proposent de continuer la production du Béaba (un robot-cuiseur pour préparer de la nourriture pour bébé) et de certains produits d'électroménager. Cette offre a été rejetée parce qu'elle ne comportait pas assez de garanties financières

"On est vraiment fatigué [...] dans toutes ces choses-là, il n'y a aucune considération de l'être humain. Ce serait bien qu'on arrive rapidement à une échéance, qui débouche ou pas sur des embauches [...]" - Philippe Bréger, délégué du personnel

Il y a deux nouvelles entreprises qui se sont penchées sur la reprise de l'entreprise. L'administrateur judiciaire a prolongé jusqu'au 18 juin le délais pour déposer une offre avant la clôture définitive des propositions.