Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vendée : l'usine S20, ex-Fagor-Brandt en redressement judiciaire à cause de commandes impayées

-
Par , France Bleu Loire Océan

S20 industries, l'ancienne usine Esswein puis Fagor-Brandt près de La Roche-sur-Yon a été placée en redressement judiciaire fin avril. Le client historique Brandt n'honore plus les factures. Des salariés mettent aussi en cause les "mauvais choix" de la direction.

L'entreprise S-20, ex Fagor-Brandt a été placée en redressement judiciaire le 24 avril 2019.
L'entreprise S-20, ex Fagor-Brandt a été placée en redressement judiciaire le 24 avril 2019. © Radio France - Marc Bertrand

La Roche-sur-Yon, France

Cela fait bientôt sept mois que le plus gros client de S-20 Industries, qui fabrique des laves-linge et d'autres équipements électroménagers aux Ajoncs, près de La Roche-sur-Yon, ne paie plus les factures. La PME a été placée en redressement judiciaire le 24 avril 2019. 

Son principal client Brandt constituait le débouché pour 80% de la production de l'entreprise vendéenne, à raison de 15.000 laves-linge par an. Sans rentrées d'argent, S20 a épuisé la trésorerie. Plus d'argent pour payer les fournisseurs ou les salaires. 

"On risque de perdre un savoir-faire unique"

S20 Industries, c'est l'ancienne usine Esswein, ouverte en 1958, devenue ensuite Fagor-Brandt, qui a compté 2.200 salariés à la fin des années 1990. Après deux dépôts de bilan, elle est passée à 440, puis à 97 salariés aujourd'hui, après une reprise en 2014 par d'anciens cadre de la société. 

Aux origines en 1958, l'entreprise Esswein s'était installée aux Ajoncs. - Radio France
Aux origines en 1958, l'entreprise Esswein s'était installée aux Ajoncs. © Radio France - Marc Bertrand

Ce qu'elle a gardé, en revanche, c'est Brandt comme principal client, malgré des tentatives pour diversifier la production. Brandt est en grande difficulté depuis plusieurs mois, et encore plus depuis l'incarcération du patron de sa maison-mère, le conglomérat algérien Cevital. "Aujourd'hui, on risque de perdre un savoir-faire unique", regrette un salarié de S20 : "Il n'y a plus que nous en France qui savons faire des lave-linges aussi techniques".

Les "mauvais choix" de la direction mis en cause

Mais selon cet employé, si "les difficultés de Brandt ont précipité la mise en redressement judiciaire", les "mauvais choix" de la direction de S20 sont aussi en cause. Depuis le redémarrage de l'activité il y a cinq ans, la PME a tenté de se diversifier, avec par exemple la fabrication d'armoires séchantes pour les pompiers de Paris : "Ca marche très bien, il y a un gros potentiel. Pourtant, on n'a jamais mis un commercial digne de ce nom pour développer la clientèle"

En 2018, l'espoir, c'était Bob, un mini-lave vaisselle innovant lancé en grande pompe par une start-up à Paris. Il devait être l'avenir de l'usine, mais la production n'est toujours pas lancée, et il reste pour l'instant à l'étape du prototype. L'usine S-20 et ses 97 salariés, eux, n'ont pas le luxe d'attendre. Le tribunal de commerce leur ont donné jusqu'au 29 mai pour trouver un repreneur.

Choix de la station

France Bleu