Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vendée : la justice prononce la liquidation judiciaire de l'abattoir de Challans

vendredi 1 février 2019 à 17:57 Par Marc Bertrand, France Bleu Loire Océan

Le tribunal de commerce de Poitiers a prononcé ce vendredi la liquidation judiciaire de l'abattoir de Challans, en Vendée. Aucune offre de reprise n'a été déposée. Les 140 salariés recevront leurs lettres de licenciement dans un mois environ.

Mobilisation des salariés de l'abattoir de Challans
Mobilisation des salariés de l'abattoir de Challans © Maxppp -

Challans, France

Il n'y a finalement pas eu d'offre de reprise pour l'abattoir Covia de Challans. Le tribunal de commerce de Poitiers avait laissé un délai supplémentaire jusqu'à ce vendredi 1er février pour le dépôt éventuel d'une offre par un repreneur. En absence de toute offre, il a prononcé la liquidation judiciaire de la société gérant l'abattoir. L'entreprise de la Vienne Bondy Viande avait déposé une lettre d'intention pour une reprise, mais n'a pas été au bout de la démarche.

C'est un beau gâchis. Ma première pensée va aux 140 salariés - Serge Rondeau, maire de Challans

"C'est quand même 140 emplois directs et sans compter les emplois indirects. Il faudrait aller chercher les responsabilités mais ce n'est pas mon rôle. Sans doute qu'il y a encore un espoir de reprise, après la liquidation judiciaire. On peut toujours espérer qu'un repreneur arrive, car il y a un vrai sens à avoir un abattoir dans le nord-ouest de la Vendée. On va croiser les doigts mais plus le temps passe, plus on est inquiets", a réagi le maire de Challans Serge Rondeau

Une cellule pour aider au reclassement des salariés

Les 140 salariés vont "recevoir leurs lettres de licenciement dans le mois qui arrive", explique Mickaël Tariot, responsable CFDT de l'abattoir. "Une cellule va être mise en place avec un cabinet de reclassement". Il assure que "seulement quelques salariés ont déjà retrouvé du travail", et que les autres vont devoir travailler à une reconversion ou un reclassement

Les 140 salariés vont recevoir leurs lettres de licenciement courant février - Mickaël Tariot, CFDT

"On s'attendait à cette décision, ce n'est pas une surprise qu'il n'y ait pas de repreneur", affirme Mickaël Tariot. "D'autant que l'abattoir a perdu l'agrément d'abattage", ce qui a "plombé le dossier pour une éventuelle reprise" selon lui.