Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Vendée : les "gilets jaunes" ont rencontré les députés

vendredi 30 novembre 2018 à 6:21 Par Marion Fersing et Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Une vingtaine de membres du mouvement des gilets jaunes ont rencontré les députés de Vendée ou leurs suppléants ce jeudi après-midi à la préfecture. Un échange long mais qui n'a pas permis de resserrer le fossé entre les manifestants et les élus.

À la préfecture de Vendée, une vingtaine de "gilets jaunes" face aux élus
À la préfecture de Vendée, une vingtaine de "gilets jaunes" face aux élus © Radio France - Emmanuel Sérazin

Vendée, France

C'est ce qu'ils avaient demandé mardi soir au préfet de Vendée : pouvoir rencontrer les députés du département. C'est ce qu'on fait une vingtaine de membres du mouvement des gilets jaunes, ce jeudi après-midi en Préfecture, à La-Roche-sur-Yon. Un échange de 2h15, plus ou moins virulents, avec les cinq députés ou leurs suppléants. Peu d'avancées et une confirmation : il y a un large fossé entre les manifestants et les élus.

Une rencontre entre deux mondes

Premier exemple, les gilets jaunes, au moins certains, ne connaissent pas les députés. Ils ne savent pas non plus à quel parti ils appartiennent (en Vendée, ils font tous partie de la majorité. Trois font partie de la République et marche et deux du Modem). 

Les échanges sont parfois vifs. Les députés assurent qu'ils sont là pour écouter les difficultés et les revendications des "gilets jaunes" mais ils ont du mal à se faire entendre. "Si vous partez du postulat que nous ne vous représentons pas, ça va effectivement être compliqué", tente d'expliquer un élu.

De nombreux sujets abordés et une gêne qui change de camp

De nombreux sujets sont abordés. Le salaire à vie des présidents, ces menaces sur les réseaux sociaux qui appellent à "guillotiner le préfet" ou encore Emmanuel Macron qui avait promis de ne pas toucher aux retraites. La gêne passe d'un camp à l'autre. 

Martine Leguille-Balloy, la députée de la quatrième circonscription, distribue sa carte en promettant une réponse à chaque cas personnel et Stéphane Buchou, celui de la troisième, défend courageusement des choix à longs termes du chef de l'État : "je peux vous dire qu'aujourd'hui, quand je me lève le matin, je peux me regarder dans une glace"

Pendant ces 2h15 de discussion, tout le monde a mouillé le maillot mais chacun repart de son côté du fossé.