Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendre et réparer des vélos, cette filière prisée des anciens de l'aéronautique

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le recours grandissant au vélo et son succès commercial sont incontestables depuis un an. Mais l'attrait que suscite la filière pour les professionnels est un sujet moins commenté. En Occitanie, le vélo est même devenu une voie de reconversion privilégiée des anciens salariés de l'aéronautique.

Le métier de mécanicien/réparateur de vélo peut s'apprendre sur le tas, ou via une formation courte, un certificat de qualification professionnelle.
Le métier de mécanicien/réparateur de vélo peut s'apprendre sur le tas, ou via une formation courte, un certificat de qualification professionnelle. © Radio France - Bénédicte Dupont

Un million et demi de Français ont bénéficié du "coup de pouce vélo", cette prime gouvernementale de 50 euros pour faire réparer son vélo lancée en mai 2020 et plusieurs fois renouvelée pour répondre à la demande. Elle prend fin ce 31 mars et aura symbolisé le fort engouement de la population pour la pratique du deux-roues depuis le premier déconfinement. Le succès a aussi suscité des vocations.

Les CV affluent

Dans le quartier Saint-Michel à Toulouse, le Petit Cyclo a ouvert début mars 2021. Pas franchement un petit nouveau dans le milieu, son gérant Sébastien Donaty est le patron de la même enseigne sur le port de Ramonville, un magasin de location de vélos uniquement saisonnier. Ici, avenue de l'URSS, la boutique sera ouverte à l'année pour louer mais aussi vendre et réparer des bicyclettes, classiques ou électriques. Et depuis trois semaines, les demandes de stages, d'alternance ou d'emploi affluent. "Ca n'arrête pas, des candidatures qui sortent du CQP de l'Isle-Jourdain, il y a un engouement. Beaucoup de personnes en reconversion, ils viennent de la grande distribution et pas mal de l'aéronautique aussi, Airbus".

"On trouve des profils avec des niveaux d'études supérieures élevés. Elle est là la différence ces derniers mois : des ingénieurs qui veulent devenir mécaniciens-vélo."

À gauche Mathieu Philippe mécanicien, ancien de l'Armée. À droite Sébastien Donaty, gérant deu Petit Cyclo à Toulouse.
À gauche Mathieu Philippe mécanicien, ancien de l'Armée. À droite Sébastien Donaty, gérant deu Petit Cyclo à Toulouse. © Radio France - Bénédicte Dupont

Sébastien Donaty n'a pas de problème de pénurie de main d'œuvre. Ce CQP dont il parle, le certificat de qualification professionnelle, est une formation de deux mois, que beaucoup de candidats ont acquis sans problème. "Après, rien ne remplace l'expérience, tempère son mécanicien Mathieu Philippe, un ancien militaire qui s'est formé sur le tas. Dans le milieu, c'est beaucoup du bouche-à-oreille. Il vaut mieux un mécanicien sans diplôme mais avec quelques années d'expérience plutôt qu'un certificat".

Pas forcément des amoureux du vélo, mais des commerciaux et entrepreneurs avisés

Deux mois de formation, en effet c'est court. Jérôme Sutra le sait. "C'est un milieu assez fermé, je vais devoir faire mes preuves", concède celui qui va ouvrir mi-mai un magasin de vélos à Muret (Haute-Garonne), la ville où ses parents avaient un tabac-presse. 

Ce quadragénaire, père de trois enfants, vient de boucler son CQP à Sup Vélo, à L'Isle-Jourdain, campus de formation aux métiers du vélo, tenu par le groupe CycleLab. Jérôme a tourné une page ces derniers mois, 17 ans de carrière chez Airbus à Colomiers, où il a fini technicien supérieur.  

"Je pratique un peu, j'ai surtout constaté l'engouement du vélo depuis le confinement, je me suis dit que c'était un marché porteur. Et puis j'avais envie d'aller vers quelque chose proche de mes valeurs", explique t-il prosaïquement. Ni évidence ni de passion, juste du pragmatisme. C'est son beau-frère Paul, responsable informatique chez CycleLab, qui lui a permis de mettre le pied à l'étrier.

"Le rapport entre l'aéro et le vélo ? Peut-être parce que chez Airbus, on prône beaucoup l'usage du vélo, beaucoup de salariés l'utilisent dans leurs trajets quotidien."

Pendant sa formation à L'Isle-Jourdain, Jérôme était avec un autre ancien d'Airbus, un cadre supérieur "avec une très très bonne place" qui a quitté le navire lui aussi. Lui va monter un camion-itinérant de réparation de vélos.

Entre mai 2020 et février 2021, un million et demi de Français ont profité du "coup de pouce vélo", ces 50 euros d'aide à la réparation d'un vélo.
Entre mai 2020 et février 2021, un million et demi de Français ont profité du "coup de pouce vélo", ces 50 euros d'aide à la réparation d'un vélo. © Radio France - Bénédicte Dupont

Selon Denis Briscadieu, le président-fondateur de CycleLab à L'Isle-Jourdain, 15 à 20% des apprentis sont issus de l'aéronautique dans ses formations aux métiers du vélo. Le magnat gersois de la bicyclette espère créer des passerelles même entre la "Vélo Vallée", ce regroupement d'entreprises spécialisées dans le vélo en Occitanie, et les grands noms de l'aéronautique. 

CycleLab a ouvert un deuxième campus cette année. Sa capacité à former des professionnels a doublé, passant à 260 élèves par an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess