Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vente du siècle chez Airbus : Mécafi va embaucher 70 personnes d'ici la fin de l'année

mercredi 15 novembre 2017 à 18:29 Par William Giraud, France Bleu Poitou et France Bleu

C'est la commande du siècle. Airbus va livrer plus de 400 avions A320 à une compagnie low-cost américaine. Les sous-traitants de l'aéronautique du Châtelleraudais se frottent déjà les mains.

Le siège de Mécafi à Châtellerault.
Le siège de Mécafi à Châtellerault. © Radio France - William Giraud

Châtellerault, France

Chez Mécafi, on a déjà fait le calcul : les commandes annoncées ce mercredi par Airbus puis par Boeing (430 avions A320 et 225 avions 737) couplées à l'actuel carnet de commandes de l'entreprise représentent plus de dix ans d'activité assurée pour le sous-traitant de Châtellerault.

Plus de 20.000 moteurs à équiper

Mécafi réalise une quarantaine de pièces du moteur qui équipe l'A320 et le 737 nouvelle génération. Il y a deux moteurs par avion. Avec plus de 10.000 appareils de ce type en attente de livraison dans le monde, ça fait plus de 20.000 moteurs à équiper. De quoi donner le vertige.

Une école en interne pour former les nouveaux embauchés

Le défi à présent pour Mécafi, c'est de trouver l'argent pour continuer d'investir et la main-d'oeuvre pour tenir la cadence. L'entreprise a recruté 200 personnes en 2016-2017 et va continuer d'embaucher. Il lui faut trouver 70 personnes dans les semaines qui viennent. Problème : le sous-traitant a énormément de mal à attirer des candidats. Il va donc lancer une campagne de communication nationale et créer sa propre école en interne pour former ses futurs collaborateurs.