Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ventes de chevaux à Ravenoville : un public venu de toute la France

-
Par , France Bleu Cotentin

Comme chaque année, le groupement des éleveurs de chevaux de la région de Sainte-Mère-Église organisait ce samedi des ventes de chevaux sportifs. 45 équidés et 200 personnes venues de toute la France étaient présents.

La vente est organisée chaque année par le groupement des éleveurs de chevaux de Sainte-Mère-Eglise
La vente est organisée chaque année par le groupement des éleveurs de chevaux de Sainte-Mère-Eglise © Radio France - Raphael Cann

Ravenoville, France

Le groupement des éleveurs de chevaux de la région de Sainte-Mère-Église organisait ce samedi, comme chaque année, des ventes de chevaux sportifs à Ravenoville. 45 équidés, dont la majorité ont trois ans, ont été proposés à la vente.

200 personnes étaient présents : acheteurs, vendeurs, mais aussi de simple touristes. Un public venu de toute la France qui a surpris Jacques Hamel, le président du groupement : "je pense que c'est la première année qu'on a autant de monde de l'extérieur. On a toujours eu du monde, mais pas comme cette année.

Un signe "encourageant" pour la filière normande. Depuis trois ans, ces ventes sont organisées à l'amiable. Il n'y a pas d'intermédiaire ni de frais de vente pour l'éleveur. "Ça fait toujours ça de moins à payer", souffle Denis. 

Cet éleveur vend un cheval 6.000 euros, TVA non comprise, mais les prix se négocient en secret. "C'est mieux que les ventes aux enchères où des fois ça s'enflamme et les prix sont vite surfaits", commente Laurent, venu acheter des chevaux pour son écurie à Besançon.

La plupart des éleveurs présents évoquent leurs difficultés financières, mais notent une reprise de la demande. "On était un peu le moral dans les chaussettes à un moment donné", explique Jacques Hamel. "Le marché du cheval était compliqué, mais ça semble revivre. Ça fait du bien car la qualité est là."

Choix de la station

France Bleu