Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vers la fin de la revalorisation automatique du SMIC chaque année?

mardi 5 décembre 2017 à 18:31 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Plus de coup de pouce annuel et plus de revalorisation automatique non plus... Si le gouvernement suit, comme il en a l'habitude, les préconisations d'un groupe d'expert, présidé par l'économiste Gilbert Cette, les salariés au Smic ont du soucis à se faire. Le SMIC freinerait notre économie.

Fini la revalorisation du Smic?
Fini la revalorisation du Smic? © Maxppp - DR

21000 Dijon, France

Si le gouvernement suit les recommandations d'un groupe d'experts indépendants -dont le rapport vient d'être publié par "Les Échos"- il n'y aura pas de coup de pouce pour le Smic au 1er janvier 2018. Et ces économistes vont encore plus loin puisqu'ils préconisent également la fin de la revalorisation automatique. Une revalorisation qui devrait être de 1,1% l'année prochaine et qui n'a rien à voir avec la volonté de l'État de venir en aide aux salariés les plus modestes puisque cette augmentation -annuelle- est indexée sur l'inflation des ménages et sur le pouvoir d'achat du salaire horaire de base des ouvriers et employés (SBHOE). L'an dernier cette revalorisation automatique avait entraîné une hausse de 0,93%. Ces experts "accusent" le Smic de freiner l'emploi et surtout de ne pas permettre de lutter contre la pauvreté.

"On ne vit pas quand on est au Smic"

Pour Justine, 25 ans, vendeuse dans un magasin rue de la Liberté à Dijon et qui vit du Smic... C'est un peu dur à entendre. "C'est vrai que c'est rageant quand on est dans le quotidien de quelqu'un qui n'a que le Smic pour vivre" explique la jeune femme. Et c'est d'autant plus difficile à accepter poursuit t-elle "quand dans le même temps on voit par exemple qu'on supprime l'impôt sur la fortune". Et quand on lui demande comment elle fait pour vivre de son salaire, elle répond: "je ne suis pas sûr que le bon mot soit "vivre" parce que chaque mois on est à découvert, même quand on ne vit pas au dessus de ses moyens. Le moindre petit plaisir devient quelque chose qu'il faut compter, quelque chose qu'il faut s'empêcher parce que sinon on ne peut pas s'en sortir".

Le témoignage de Justine

Les salariés payés au Smic ont du mal à entendre l'avis de cette commission - Maxppp
Les salariés payés au Smic ont du mal à entendre l'avis de cette commission © Maxppp - DR

Les syndicats vent debout

Avec humour, Édouard Guerreiro, secrétaire général du syndicat Force Ouvrière en Côte-d'Or dit "je ne veux pas critiquer le groupe qui a travaillé sur cette expertise mais à mon avis il ne doit pas y en avoir beaucoup qui sont payés au Smic parmi eux, donc ils ne doivent pas avoir une grande objectivité sur le sujet à mon avis!" Le patron du syndicat poursuit, "nous à Force Ouvrière, sommes très attachés à un Smic régulièrement revalorisé, parce que vivre avec un Smic ce n'est pas chose facile et puis une revalorisation c'est une reconnaissance de son travail, c'est important psychologiquement pour les gens".

Édouard Guerreiro du syndicat Force Ouvrière de Côte-d'Or

Du côté des patrons de Côte-d'Or, pas de réactions officielles

Sous couvert d'anonymat, un proche de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de Côte-d'or (la CPME, premier réseau de chefs d’entreprise du département, forte de 700 adhérents) nous disait que "au lieu de geler le Smic il faudrait plutôt baisser les charges qui pèsent sur les sociétés".

Smic (Illustration) - Radio France
Smic (Illustration) © Radio France - Julio PELAEZ

Plus de coup de pouce depuis 2012

Rappelons que le SMIC, salaire minimum de croissance, n'a plus bénéficié du moindre coup de pouce de l'État depuis 2012. C'était au lendemain de l'élection de François Hollande, la hausse du Smic avait alors représenté 0,6 %, elle s'était rajouté à la revalorisation automatique de 1,4%. Avec la revalorisation automatique de 1,1%, soit 16,28 euros de plus par mois, le Smic au 1er janvier 2018 passera à 1496,55 euros brut.