Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Vers la fin des hypermarchés en France ?

lundi 12 février 2018 à 18:38 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

Modèle de rentabilité jusque dans les années 90, l'hypermarché est en crise, en France. Attaqué par les magasins spécialisés, Internet et les supermarchés hard discount, le modèle doit se renouveler pour enrayer la baisse de chiffres d'affaires, lente mais certaine, de ces dernières années.

Auchan a ouvert son premier hypermarché à Roncq, dans la métropole lilloise, en août 1967
Auchan a ouvert son premier hypermarché à Roncq, dans la métropole lilloise, en août 1967 © Radio France - Stéphane Barbereau

Lille, France

Dans le milieu de la grande distribution, on maîtrise à la perfection les chiffres et on sait qu'il y en qui ne trompe pas. Entre 2008 et 2016, selon une étude du magasine spécialisé Linéaires, le chiffre d'affaires des cinq hypermarchés Auchan de la métropole lilloise (Englos, Roncq, Villeneuve d'Ascq, Fâches-Thumesnil et Leers), fief de l'enseigne nordiste, a baissé en moyenne de 22% (hors carburant). C'est comme si l'un de ces hypermarchés avait été rayé de la carte des comptes annuels de l'enseigne (soit une perte d'environ 250 millions d'euros en 8 ans).

250 millions de passages en caisse par an en France dans un hyper Auchan

Chez Auchan Retail France, la filiale qui gère les magasins de l'enseigne nordiste, on ne panique pas à la vue de ces chiffres. Olivier Louis, le directeur de la communication relativise : 

Personne ne parle de la mort de l'hypermarché. Deux tiers des Français viennent y faire leurs courses tous les mois. Le modèle reste solide mais est fortement chahuté

Olivier louis, directeur de la communication France d'Auchan, devant des "lockers" que le groupe veut multiplier dans le pays - Radio France
Olivier louis, directeur de la communication France d'Auchan, devant des "lockers" que le groupe veut multiplier dans le pays © Radio France - Stéphane Barbereau

Avec Carrefour, Auchan possède les plus grands hypermarchés de toutes les groupes de grande distribution (de 10 à 20 000m2). Si Carrefour a déjà diminué la superficie de certains magasins, comme à Euralille, il n'en est pas question pour l'instant chez Auchan. On annonce une réorganisation à Auchan V2 à Villeneuve d'Ascq mais uniquement pour installer l'hypermarché sur un seul niveau, contre deux actuellement, en conservant la même superficie. L'an passé, le groupe a présenté un plan de relance pour regagner des parts de marché en France. Ce qui passent par plus d'un milliard d'euros d'investissement sur 3 ans, un changement noms de supermarchés (les Simply Market deviennent des Auchan supermarché), des drives (Chronodrive, filiale d'Auchan deviendra Auchan Drive) et l'ouverture de nouveaux concepts de magasins (Auchan Bio comme supérette spécialisée dans l'alimentation issue de l'agriculture biologique). 

Pourquoi les hyper attirent moins les clients

Si les hypermarchés voient leur chiffre d'affaires fondre d'année en année, c'est à cause d'un changement de comportement des clients : on préfère acheter moins mais mieux, diversifier ses achats selon les lieux, comme Denis, Thi et leur fils de 3 ans, croisés sur le parking d'Auchan Roncq : 

Avant, on achetait tout à l'hypermarché. On a pris conscience que c'était important de privilégier tout ce qui est bio, local, surtout depuis l'arrivée du petit. On fait davantage attention à ce qu'il mange

Il y a aussi un changement de société : il y a moins de familles nombreuses, la famille-type française est désormais composée d'un couple et de deux enfants avec des habitudes de déplacement, de qualité de vie qui ont changé depuis la généralisation du "modèle" hypermarché dans les années 70. Florent Vacherez est le rédacteur en chef du magasine de la grande Distribution, Linéaires

Prendre sa voiture le samedi après-midi et faire une demi-heure de route pour aller à l'hyper, cela ne fait plus rêver personne. Ce modèle est menacé mais il ne va pas mourir demain

Pour renaître, les enseignes promettent donc de nouveaux concepts : chez Auchan, ce sont les "lockers", des casiers avec 3 températures différentes (température ambiante, fraîche ou surgelée) que le client peut venir ouvrir à tout moment de la journée ou de la nuit après avoir commandé sur internet. Des casiers installés en premier, près de la centrale d'achat d'Auchan , à Villeneuve d'Ascq et qui devraient se multiplier dans les années à venir dans les centres commerciaux des centre-ville ou près de grandes entreprises.

Développer les supérettes de quartier et l'e-commerce

Auchan, promet aussi d'ouvrir davantage de supérettes de quartier, baptisées "My Auchan" pour venir concurrencer les Carrefour City. Enfin, il y a la concurrence d'Internet. Le groupe nordiste a noué des alliances à l'étranger avec Alibaba, le numéro 1 chinois du commerce en ligne, peut-être bientôt en Russie. En France, cela pourrait passer par Amazon, acteur incontournable du e-commerce et qui lorgne depuis longtemps sur la livraison de commerce alimentaire.