Économie – Social

Veto de Royal pour l'autoroute A831 : des élus de l'Ouest en appellent au Premier ministre

Par Typhaine Morin, France Bleu La Rochelle et France Bleu Loire Océan mardi 29 juillet 2014 à 11:32 Mis à jour le mardi 29 juillet 2014 à 12:31

L'autoroute
L'autoroute © Radio France

La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a porté ce week-end un coup d'arrêt à la construction de l'autoroute A831, qui doit relier Nantes à Bordeaux en passant par Fontenay-le-Comte, La Rochelle et Rochefort. Un tronçon d'une soixantaine de kilomètres, en discussion depuis 18 ans, a été approuvé par François Fillon en 2011. Mais Ségolène Royal s'oppose à la mise en oeuvre du projet routier.

Des élus de Charente-Maritime, de Vendée et des Pays de la Loire en appellent au Premier ministre Manuel Valls, dans le dossier de la construction de l'autoroute A831. Cette route doit relier Nantes à Bordeaux en passant par Fontenay-le-Comte, La Rochelle, Rochefort et, sur un tronçon d'une soixantaine de kilomètres, le Marais poitevin, qui a reçu cette année le label de Parc naturel régional. 

Ce week-end, Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et ancienne présidente de la région Poitou-Charentes, a refusé de transmettre aux entreprises le dossier de consultation technique, qui devait permettre à ce projet autoroutier, validé en 2011 par l'ex Premier ministre François Fillon, d'aller de l'avant. Pour justifier ce veto, la ministre invoque la protection de l'environnement et les difficultés de financement de cette autoroute, estimé à 900 millions d'euros. 

Colère et incompréhension

Cette décision suscite à la fois l'incompréhension et la colère des élus de Charente-Maritime, de Vendée et des Pays de la Loire. 

"Ici, dans le sud-Vendée, c'est la consternation ", explique Bruno Retailleau, le président UMP du Conseil général de Vendée. Et il ne cache pas sa colère. "C'est la consternation de voir tant de mépris et tant de mensonges. Ségolène Royal [...] contredit ce que le président de la République a dit il y a un an en Vendée lorsqu'il disait qu'il n'y avait pas problème de principe pour l'A831. Elle contredit [...] la parole de l'Etat, d'un ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, qui nous a écrit [...] il y a quelques mois pour nous dire qu'il engageait la procédure pour qu'on puisse aller jusqu'à la réalisation de l'autoroute. "

"Mais surtout , poursquit l'élu, elle ment lorsqu'elle dit que la Charte du Marais poitevin n'est pas compatible avec l'A831. Elle ment : la charte prévoit la réalisation et la compatibilité avec l'autoroute. Elle se fiche de la tête des gens! "

Bruno Retailleau, président du Conseil général de Vendée : "Elle [Ségolène Royal] se fiche de la tête des gens"

Ce lundi, des élus ont envoyé un courrier au Premier ministre et appellent à son arbitrage. Pour Dominique Bussereau, le président UMP du Conseil général de Charente-Maritime, l'annonce de Ségolène Royal est "d'abord [...] personnelle ". "D'après mes informations, explique l'ancien Secrétaire d'Etat aux Transports, cette décision n'est pas celle du Premier ministre. "

Dominique Bussereau attend la réaction du Premier ministre Manuel Valls

Parmi les signataires du courrier envoyé au gouvernement figurent Dominique Bussereau, Jacques Auxiette, le président de la région Pays de la Loire, Olivier Falorini, député socialiste de Charente-Maritime qui s'était présenté contre Ségolène Royal en 2012, ou encore Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle et opposant de Ségolène Royal lui aussi.