Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDEO - À Mont-de-Marsan, 470 manifestants seulement pour la convergence des luttes

jeudi 19 avril 2018 à 17:41 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Gascogne

La convergence des luttes a fait "pschitt" : seules 470 personnes se sont mobilisées pour protester contre la politique du gouvernement, jeudi 19 avril, à Mont-de-Marsan. Dans les Landes, l'appel avait été lancé par la CGT, FO, la FSU et l'Unsa notamment.

Au total, 470 personnes ont défilé dans les rues de Mont-de-Marsan, jeudi 19 avril?.
Au total, 470 personnes ont défilé dans les rues de Mont-de-Marsan, jeudi 19 avril?. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Mont-de-Marsan, France

La convergence des luttes : c'était l'objectif de la CGT et de Solidaires qui organisaient jeudi 19 avril une journée de manifestations dans toute la France pour s'opposer à Emmanuel Macron. Cheminots, salariés des maisons de retraite, fonctionnaires, étudiants... étaient sollicités pour faire front commun. À Mont-de-Marsan, la CGT, FO, l'UNSA et la FSU organisaient une manifestation unie au départ de la gare, en début d'après-midi. Mais le cortège était très maigre : seules 470 personnes ont défilé pour faire converger les luttes. 

Faire de la convergence des luttes une réalité

Pour les manifestants présents, la convergence des luttes est une donnée importante afin de remporter le bras de fer avec le gouvernement. "C'est le moyen de mettre en place un rapport de force", explique ainsi Frédéric, éducateur spécialisé de 50 ans. "On a un Président omniprésent qui va dans les salles de classe, qui essaie d'intervenir sur tous les plans." Virginie, à ses côtés, espère que les Français vont se mobiliser ensemble contre le gouvernement : "Tout le monde est concerné par ce qui se passe. Il faut absolument qu'on s'unisse pour gagner."

Mais cette idée de convergence des luttes ne doit pas venir d'en haut, d'après Jean Paul. "La convergence des luttes, ce n'est pas un mot. Il faut que ça devienne une réalité", estime ce retraité des finances publiques de 67 ans. Il a le sentiment que l'histoire se répète : "En 1968, ils n'ont pas cherché à comprendre s'il y avait convergence des luttes ou pas. Ils sont partis en grève et ça a fait une grève générale. Aujourd'hui c'est un peu ce qui se passe. Dans tous les secteurs, il y a des grévistes ou des débrayages." Jean-Paul compte sur l'esprit collectif pour aboutir à cette convergence des luttes : "Si les gens sont décidés à la base, elle se fera. Si les gens se font 'hold-uper' la tête par Macron, il ne se passera rien."