Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO -"Ce plan du gouvernement pour l'hôpital, c'est de la fumisterie", Alexandre Robert, délégué Fo santé 37

-
Par , France Bleu Touraine

Des primes supplémentaires pour le personnel soignant, une augmentation de budget d'un milliard et demi d'euros pour les hôpitaux et la reprise d'un tiers de leur dette par l'Etat. Voilà le plan d'urgence du gouvernement pour l’hôpital public. Un plan qui a bien du mal à convaincre les syndicats.

Alexandre Robert, délégué FO à l'hôpital de Chinon et secrétaire départemental FO Santé
Alexandre Robert, délégué FO à l'hôpital de Chinon et secrétaire départemental FO Santé © Radio France - Sylvain Maisonneuve

24 heures après les annonces du gouvernement et son plan d'urgence pour l'hôpital public, la colère n'est visiblement pas retombée du côté des syndicats de santé. Tous se disent très déçus. 

C'est de la fumisterie. Rien que de la communication. 1,5 milliards d'euros sur trois ans, c'est 500 millions d'euros par an. C'est à dire une goutte d'eau à l'échelle nationale. Avec ça, on ne peut même pas changer un échographe dans notre hôpital", Alexandre Robert, secrétaire départemental FO et délégué Force Ouvrière à l'hôpital de Chinon. 

Les mobilisations annoncées pour le 30 novembre et le 17 décembre sont dont maintenues. Les syndicats réclament toujours de véritables revalorisations salariales pour tout le monde, tous les personnels de l'hôpital. Mais aussi des embauches et des créations de lit. 

Si on voulait privatiser la santé publique, on ne s'y prendrait pas autrement"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess