Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDEO : chez le glacier artisanal L'Angélys à Saintes en Charente-Maritime

-
Par , France Bleu La Rochelle

Quand il fait chaud, quoi de mieux, pour se rafraîchir, qu'une crème glacée ou un sorbet. Et local en plus ! Chez L'Angélys à Fontcouverte à côté de Saintes en Charente-Maritime, on en fabrique de manière artisanale depuis 20 ans. Avec 30 à 35 % de croissance, l'entreprise se porte très bien.

L'entreprise L'Angélys a été créée en 1996.
L'entreprise L'Angélys a été créée en 1996. © Radio France - Thibault Lecoq

Fontcouverte, France

Vous connaissez peut-être les glaces L'Angélys. Ces glaces artisanales fabriquées à Fontcouverte près de Saintes en Charente-Maritime. Crèmes glacées ou sorbets, l'entreprise propose pas moins de 170 références dans 8000 grandes surfaces ou dans les restaurants. Chaque année, la société a une croissance de 30 à 35 %, et dégage douze millions d'euros de chiffre d'affaire. On peut parler d'un véritable succès local. 

Une histoire pourtant mal engagée

Denis Lavaud a commencé son histoire avec les glaces depuis l'âge de 7 ans. Il ramassait des escargots pour les vendre. Avec ses économies, il achetait des glaces à un marchand italien. Après un passage dans l'agro-alimentaire, il crée son entreprise : L'Angélys. "L" comme Lavaud et "Angélys en hommage à sa fille aînée Angélique. La première année, il vend des glaces dans un petit chariot à La Rochelle et à Saint-Jean d'Angély. Mais ça ne fonctionne pas. "Le projet n'était pas fiable" admet-il lui-même. Il en a d'ailleurs perdu sa maison.

Le chariot des débuts a été remisé dans un coin du bâtiment.  - Radio France
Le chariot des débuts a été remisé dans un coin du bâtiment. © Radio France - Thibault Lecoq

Une entreprise qui embauche.

Mais aujourd'hui, l'entreprise est en bonne santé. Aux 33 salariés, toute l'année, il faut ajouter cinq à six personnes en équivalent temps plein, soit en CDD soit en intérim. L'entreprise regarde aussi le recrutement sur le long terme. Elle forme régulièrement des stagiaires pour les embaucher à la fin de leurs études deux ans plus tard. Pendant l'été, 21 personnes s'activent à la production des glaces, en deux tournées de 8 heures tous les jours. L'objectif est de fournir tous les clients. L'Angélys propose plus de 170 références, mais une trentaine seulement rapportent 99 % du chiffre d'affaire : les parfums vanille, chocolat ou encore caramel.

C'est aussi une société fière de son implantation locale. 83 % des produits qu'achète L'Angélys viennent de Nouvelle-Aquitaine. Aussi bien le lait et la crème que les cartons d'emballage. Et quand Denis Lavaud évoque sa succession dans quelques années, sans doute par une de ses deux filles, personne ne veut quitter la Charente-Maritime.

Choix de la station

France Bleu