Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

VIDÉOS - Christian Proust : "Il y a une bataille à engager pour faire reculer General Electric à Belfort"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

A la veille de la grande manifestation pour General Electric à Belfort, Christian Proust, l'ancien président du Conseil Général du Territoire de Belfort appelle à la mobilisation. La SEMPAT dont il était le président avait fait venir GE à Belfort dans les années 2 000

Christian Proust, l'ancien président du conseil général du Territoire de Belfort appelle à la mobilisation générale pour GE Auteur
Christian Proust, l'ancien président du conseil général du Territoire de Belfort appelle à la mobilisation générale pour GE Auteur © Radio France - Emilie Pou

Belfort, France

Les élus font entendre leur voix, à la veille de la mobilisation de samedi à Belfort contre le plan social chez General Electric. Avec les syndicats ils appellent, d'une seule voix, à un grand rassemblement ce samedi 22 juin à partir de 14h à la Maison du Peuple à Belfort, contre le plan de plus de 1.000 suppressions de postes sur les sites GE de Belfort et Bourogne. Parmi ces voix fortes, il y a celle de Christian Proust, l'ancien président du Conseil Général du Territoire de Belfort et de la SEMPAT (société d'économie mixte patrimoniale du Territoire).  C’est la société qui a fait venir GE à Belfort dans les années 2 000.

Toute l’argumentation de GE sur le gaz, c’est du pipeau - Christian Proust

Christian Proust considère qu'il a toujours un risque lorsqu’on a fait venir des partenaires aussi puissant que General Electric, mais il veut surtout tordre le cou aux arguments avancés par la direction sur les raisons économiques qui la pousserait à supprimer plus de 1 000 postes : "Le gaz comme source d'énergie progresse fortement. Il n'y a donc pas à chercher de ce côté là"

"Il y a clairement une bataille à engager pour faire reculer GE" - Christian Proust

Pour l'ancien président du conseil général du Territoire de Belfort, c'est l'avenir de l'ensemble du territoire qui est en jeu : "L’enjeu ce n’est pas seulement les 1 000 emplois, mais aussi les 1 000 suivants qui sont déjà en grave danger. (...) L’enjeu, c’est aussi les sous-traitants, avec un facteur multiplicateur par trois. C’est donc soit 3 000 ou 6000 emplois dans le pire des cas" . A terme, il considère que le risque c’est la fermeture du site.

Il rappelle les batailles qui ont été livrées sur le Territoire de Belfort par le passé, comme les 1 400 postes de Bull, ou la crise d'Alstom en 2003.

"On a toujours su surmonter ces crises, grâce à la mobilisation et l’esprit de compromis. On n’obtiendra pas tout, on ne fera pas reculer totalement la direction mais il faut qu’on se mette d’accord sur un programme de salut public."

Un plan de bataille en six points

Christian Proust estime qu'il faut se mettre d’accord sur 6 axes de travail 

  • Il faut faire reculer General Electric grâce au moyens des services fiscaux. Pour lui, "GE a trompé les services fiscaux français, c’est une escroquerie. La justice doit être mobilisée par l’Etat pour mettre GE en face de sa tromperie". Il ajoute "C’est aux syndicats de négocier pour voir le niveau minimum au dessus duquel GE n’est pas vivable".
  • La diversification vers l’aéronautique peut représenter 200 à 300 emplois
  • Le développement vers l’hydrogène
  • L’implantation d’une entité publique, une délocalisation, comme ça c’est fait pour le CNET à l’époque de Bull, ou Téléperformance.
  • Activer un outil comme celui mis en place du temps de la crise d’Alstom « Aire Urbaine Développement ».
  • Lancer une nouvelle phase de développement universitaire à Belfort. "Plus rien ne se passe depuis des années".

.

La responsabilité de l’Etat

Pour Christian Proust, il faut un engagement complet du gouvernement. "C’est évident que la président de la République a été dans cet affaire un acteur. Mais on a besoin du soutien gouvernement et on ne va pas commencer à l’insulter. Il faut trouver avec l’ensemble des partenaires une manière d’être dans une logique de compromis et de discussion".

Christian Proust sera aux côtés des autres élus, des syndicats et des salariés dans la manifestation ce samedi à Belfort.

Christian Proust, ancien président conseil général du Territoire de Belfort appelle à la mobilisation contre le plan de suppression de postes de General Electric

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu