Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDÉO - Claude Chauby : "La trêve hivernale, c'est une solution provisoire"

jeudi 3 novembre 2016 à 10:11 Par Charlotte Coutard, France Bleu Bourgogne

La trêve hivernale est entrée en vigueur le mardi 1er novembre, et dure jusqu'au 31 mars. Un répit pour des dizaines de personnes en Côte d'Or qui n'arrivent pas à payer leur loyer. Pour en parler, Claude Chauby, bénévole au Secours Catholique de Bourgogne, était notre invité ce jeudi.

Claude Chauby, bénévole au Secours Catholique.
Claude Chauby, bénévole au Secours Catholique. © Radio France - Charlotte Coutard

Dijon, France

La trêve hivernale a débuté mardi 1er novembre. Pendant cinq mois, jusqu’au 31 mars, les personnes qui n'arrivent pas à payer leur loyer ne pourront pas être expulsées. C'est "un soulagement", mais "une solution provisoire" pour Claude Chauby, ancien président du Secours Catholique de Bourgogne, bénévole impliqué sur le sujet. Il était l'invité de France Bleu Bourgogne ce jeudi matin.

Un nombre d'expulsions record en 2015

En 2015, il y a eu près de 14 500 expulsions effectives avec le recours de la force publique en France selon la fondation Abbé Pierre. Un record. C'est 24% de plus qu'en 2014. En Côte d'Or, 150 personnes ont été expulsées avec le recours à la force publique en 2015, 107 en 2014. Les associations craignent un nouveau record à la fin de la trêve hivernale, le 31 mars 2017.

"Il ne faut pas attendre le mois de mars pour repenser le problème".

"Nos bénévoles peuvent aider à trouver des solutions de relogement, il y en a".