Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Condamnés à rester fermés, des commerçants manifestent leur désespoir à Saint-Étienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Ils sont patrons de bars, de discothèques, de salles de sport, de cafés ou de restaurants. Leur réouverture n'est pas à l'ordre du jour, au moins avant l'année prochaine, et pour certains elle n'est pas prévue du tout. Patrons et salariés viennent de dire leur détresse à Saint-Étienne dans la Loire.

Un mannequin pendu, apporté une équipe de restaurateurs de l'Étrat pour la manifestation.
Un mannequin pendu, apporté une équipe de restaurateurs de l'Étrat pour la manifestation. © Radio France - Céline Autin

Plus d'une centaine de commerçants, salariés, et quelques clients viennent de manifester ce vendredi à Saint-Etienne, dans la Loire, suite aux annonces du gouvernement sur le déconfinement progressif. Eux sont condamnés à rester encore fermés, certains jusqu'en janvier, d'autres, comme les discothèques ou les bars, sans date précise. Ils ont exprimé leur détresse plus que leur colère face à la situation.

Un cercueil, un pendu, et des fleurs pour les commerçants fermés

"La nuit doit revoir le jour", "la fermeture pousse à la rupture" : dans la foule de commerçants réunis place Jean Jaurès, les slogans et les chants, "Laissez-nous travailler" tentent de dire la détresse de professionnels démunis depuis qu'ils ne travaillent plus. 

Maxime, chef cuisinier à L'Étrat, est venu avec toute son équipe et un mannequin pendu : "Il porte l'uniforme de cuisinier, de serveur, de barman. Il représente tous les corps de la restauration. Et il s'est pendu, parce que sans travailler, il ne peut pas payer ses charges, ses salariés, ses factures, ou ses fournisseurs."

A ses côtés, son patron a la gorge serrée : "On fait de la vente à emporter mais ça ne suffit pas, c'est du bricolage. On en a ras-le-bol." Le sentiment est largement partagé parmi les manifestants, notamment les gérants de salle de sport, dont certains sont venus avec leurs adhérents.

Des commerçants déjà "liquidés" appellent l’État au secours

Les manifestants ont jeté des roses et des toques de chefs sur un cercueil symbolisant leurs professions, comme s'ils jetaient aussi les armes :

A deux doigts d'abandonner ? Parmi les manifestants le moral est particulièrement bas chez les gérants de discothèques. Philippe Lhéritier est venu spécialement de Lyon pour participer à la manifestation : "On est fermés depuis neuf mois, vous imaginez ? Et on touche des aides au compte-goutte. Mes deux enfants sont venus avec moi, ils sont choqués de nous voir souffrir comme ça."

Ce patron en appelle à l'État, et à la promesse de ne laisser personne sur le carreau, faite par Emmanuel Macron au début de la crise sanitaire, en mars : "ils vont avoir des morts sur la conscience. On ne sait plus comment on va vivre. Vous allez tous nous retrouver morts. Faites quelque chose !"

Plus d'une centaine de commerçants se sont réunisà Saint-Etienne pour dénoncer leur fermeture.
Plus d'une centaine de commerçants se sont réunisà Saint-Etienne pour dénoncer leur fermeture. © Radio France - Céline Autin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess