Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Coronavirus : une entreprise de Dordogne réquisitionnée pour pouvoir produire des respirateurs

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Une entreprise de Dordogne a été réquisitionnée dès le début du confinement pour fabriquer des cartes électroniques destinées aux respirateurs artificiels. Inovelec, basée à Boulazac, est passée de 300 cartes produites en deux mois... à 2500 !

Inovelec produit des cartes électroniques pour les respirateurs, mais pas seulement
Inovelec produit des cartes électroniques pour les respirateurs, mais pas seulement © Radio France - Antoine Balandra

Même au plus fort du confinement, cette usine-là de Dordogne n’a jamais fermé. Et pour cause, elle a été réquisitionnée dès le 18 mars dernier. Car elle produit des cartes électroniques pour les respirateurs artificiels, indispensables en pleine épidémie de coronavirus.

Inovelec, c’est son nom, est basée à Boulazac tout près de Périgueux. Elle dégage 30 millions d’euros par an de chiffre d'affaire et emploie au total plus de 300 salariés sur trois sites en Nouvelle-Aquitaine (Agen, Uzerche et Boulazac) et un au Maroc, dont 140 en Périgord.

De grosses machines composent l'essentiel de la carte électronique chez Inovelec
De grosses machines composent l'essentiel de la carte électronique chez Inovelec © Radio France - Antoine Balandra

Elle fabrique les cartes électroniques pour les avions de chasse français (notamment des cartes électroniques pour le Rafale), pour les centrales nucléaires françaises et donc aussi pour les respirateurs. Une forte diversification donc. Environ 20% de l'activité liée à l'énergie, 10% pour le ferroviaire, et 10% pour le nucléaire. Mais aussi donc 25% pour le médical : cela peut être des appareils pour dentistes, comme les fameux respirateurs. 

Dans la grande salle de production de l'usine de Boulazac, les cartes mères des respirateurs défilent justement sur des tapis roulants. Les composants y sont ajoutés grâce à de très grosses machines japonaises.

"C'est la partie automatisée du process. Le cycle de fabrication est autour de 4 minutes entre le moment où la carte démarre et où elle est terminée. Par contre, la partie la plus longue est en manuel, car on câble ensuite beaucoup de composants à la main sur ces cartes là. Et là les temps de fabrication sont plus longs. Entre 15 et 20 minutes par carte" explique Jean-Philippe Guglielmi le patron et fondateur d’Inovelec

Certains composants rares sont fixés à la main
Certains composants rares sont fixés à la main © Radio France - Antoine Balandra

Ensuite, il faut encore souder certains composants à la main, une rareté en France. Puis des salariés observent longuement les cartes, souvent dans des espèces de microscope.

Après la première étape automatisée, les cartes sont inspectées à l'oeil nu
Après la première étape automatisée, les cartes sont inspectées à l'oeil nu © Radio France - Antoine Balandra

Viennent ensuite des vérifications électriques, une nouvelle vérification, et l'assemblage sur le reste des machines (câblage, etc) avant l'expédition aux quatre coins du monde.

Multiplication par huit de la production de cartes pour respirateurs

Dès la mi-mars, l’entreprise Involec a reçu une mission du gouvernement : produire 2.500 des ces cartes mères pour des respirateurs d’hôpitaux en deux mois. Elle a donc dû multiplier par huit sa production.

Certaines étapes de la soudure sont réalisées à la main par des spécialistes, ce qui est plutôt rare en France
Certaines étapes de la soudure sont réalisées à la main par des spécialistes, ce qui est plutôt rare en France © Radio France - Antoine Balandra

"On a été réquisitionné par la direction générale de la santé, pour fabriquer des respirateurs que l'on fabrique habituellement. Sauf que d'habitude on en fait 150 par mois, et là on doit en faire 2.500 en deux mois. C'est un volume énorme. Il a fallu trouver les composants. Puis mettre en oeuvre l'ensemble du groupe" explique le patron. 

"Nous on assemble pas le respirateur" détaille le patron. "On fabrique les cartes et l'ensemble des câbles qui permettent d'assembler une machine complète. C'est une activité qui monte énormément en puissance, il s'en vend dans le monde entier, donc ce sont des produits qui vont devenir énormes, on va doubler la fabrication régulière de produits, cela reste de gros gros marchés" explique Jean-Philippe Guglielmi.

Nouvelle étape de vérification des cartes
Nouvelle étape de vérification des cartes © Radio France - Antoine Balandra

Inovelec n’a du coup perdu que 15% de son chiffre d’affaire pendant le confinement. Elle espère même doubler sa production dans les prochaines années.

L'atelier de câblage des cartes électroniques chez Inovelec
L'atelier de câblage des cartes électroniques chez Inovelec © Radio France - Antoine Balandra

Avant la crise, Inovelec, c’était 12% de croissance annuelle ! Pour réaliser ses objectifs Inovelec a désormais deux enjeux majeurs à relever. D'abord réussir à trouver de la main-d'oeuvre qualifiée, une denrée rare dans ce domaine en France. Et réussir à sécuriser notamment ses systèmes informatiques, elle qui a déjà subi des attaques.

La société Inovelec a reçu la visite du préfet de la Dordogne ce lundi
La société Inovelec a reçu la visite du préfet de la Dordogne ce lundi © Radio France - Antoine Balandra
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu