Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

VIDÉO - Des PV pour manifestation illégale brûlés par des gilets jaunes devant le tribunal de Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Une cinquantaine de gilets jaunes ont brûlé symboliquement, mardi, devant le TGI de Nîmes et la préfecture, leurs amendes pour manifestation interdite (jusqu'à 800 euros avec les frais de justice). Des amendes dont ils entendent contester la légalité prochainement.

"Des amendes pour tuer nos luttes " disent les gilets jaunes de Nîmes.
"Des amendes pour tuer nos luttes " disent les gilets jaunes de Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Une cinquantaine de gilets jaunes ont brûlé symboliquement ce mardi devant le TGI de Nîmes et la préfecture leurs PV pour manifestation interdite. Une cinquantaine d'amendes jusqu'à 800 euros avec les frais de justice. Des photocopies ont brûlé. Les vraies amendes, ils entendent les contester devant ce même tribunal prochainement. Des avocats seraient prêts à les y aider gratuitement.

"On est là, même si Macron et Lauga ne le veulent pas" 

C'est l'idée du gouvernement et de son représentant dans le Gard, disent-ils, après la répression : le préfet Didier Lauga tape au porte-monnaie. Manu et son mari Owen devront payer 1.600 euros pour leur participation à une manifestation interdite à Nîmes en juin dernier. "Ils veulent nous faire taire, dit Manu. Nous faire rentrer chez-nous, après les yeux crevés, les coups bas au porte-monnaie". Les amendes viennent de leur parvenir. "On ne sait pas comment on va payer, mais on continue", conclut Owen.

Le 17 novembre : un an de lutte, pas un anniversaire

Devant le tribunal de Nîmes puis à la préfecture, ils étaient une cinquantaine de gilets jaunes. "Un petit noyau, peut-être, mais on ne lâchera rien" explique Faty, gilet jaune d'Alès. Le 17 novembre "on sera là encore", prévient-il.

Où ? Rien pour l'instant n'est encore décidé ni sous quelle forme (blocage de ronds-points, présence statique...). "C'est à voir, mais il faut redevenir visible et que les gens se bougent". Le 17 novembre dans la rue et aussi le 5 décembre pour la grande manifestation contre la réforme des retraites. Dans le cortège en intersyndicale ou comme gilets jaunes ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu