Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

VIDÉO - Entre 900 et 1.000 manifestants à Belfort contre les plans sociaux chez General Electric

Une manifestation de soutien aux salariés de General Electric a attiré entre 900 et 1 000 personnes ce samedi après-midi dans les rues de Belfort. La menace de nouveaux plans sociaux n'a pas mobilisé autant que les syndicats l'espéraient.

C'est un cortège clairsemé qui s'est élancé de la Maison du Peuple de Belfort
C'est un cortège clairsemé qui s'est élancé de la Maison du Peuple de Belfort © Radio France - Wassila Guittoune

Les syndicats ont assez vite compris ce samedi après-midi qu'ils n'arriveraient pas à mobiliser autant de monde que lors de la grande manifestation du 22 juin 2019. A l'époque, entre 5 000 et 9 000 personnes avaient défilé dans les rues de Belfort contre le plan social de General Electric qui avait impacté la division turbines à gaz. L'intersyndicale avait donné rendez-vous devant la Maison du Peuple de Belfort ou ils avaient accroché une banderole.  

Cette fois, à peine un millier de personnes (920 selon la police) s'est déplacé pour s'opposer aux nouveaux plans sociaux qui menacent d'autres branches et en particulier la division hydraulique (89 postes à Belfort).  

Après les traditionnels prises de parole des responsables syndicaux sur les marches de la Maison du Peuple, le cortège s'est élancé dans les rues de Belfort avant de prendre la direction de la place de la République. Une délégation de représentants de syndicats a ensuite été reçue en préfecture.

L'appel de Belfort 

Les syndicats ont lancé ce samedi "l'appel de Belfort". Philippe Petitcolin, représentant du syndicat CFE-CGC chez General Electric appelle à un "sursaut national, et à faire de GE une cause nationale. Trop d'industries en France ont été vendus à des investisseurs étrangers. Les brevets sont délocalisés, et les emplois également. L'Etat doit reprendre la main, autrement bientôt nous ne serons plus capables de fabriquer notre énergie, notre electricité. Ce seront les Indiens ou les Chinois qui le ferons. Nous devons nous réapproprier notre souveraineté industrielle".

Marie-Guite Dufay et Christophe Grudler dans le cortège

Des salariés avec leurs proches ont défilé aux côtés des syndicats et de plusieurs dizaines d'élus du nord Franche-Comté, toutes tendances politiques confondues. Déjà présente en juin 2019, Marie-Guite Dufay, présidente socialiste de la Région Bourgogne Franche-Comté avait fait le déplacement. L'eurodéputé belfortain Christophe Grudler, le maire de Belfort Damien Meslot, le président de département Florian Bouquet ou encore les députés du Territoire Michel Zumkeller et Ian Boucard ont également battu le pavé. La présidente de région qu'il est temps que "L'Etat intervienne. Il n'est pas normal que ce oit General Electric qui commande et nos l'Etat sur ce secteur. Les compétences développées ici sont des compétences rares, précieuses et pour les garder, il faut trouver des investisseurs autres que General Electric".

A l'inverse du défilé de l'été 2019, le cortège a manqué de personnalités politiques nationales. Jean-Luc Mélenchon, par exemple, en tête du défilé le 22 juin 2019, n'était pas présent mais des responsables de la France Insoumise étaient dans les rangs pour le représenter à l'image d'Anne-Sophie Pelletier, l'eurodéputée. 

Une faible participation

Cette nouvelle mobilisation contre la menace de nouveaux plans sociaux qui planent sur les sites de Belfort et Bourogne n'a donc pas mobilisé autant que les syndicats l'espéraient. Ils s'étaient fixés un objectif d'au moins 5 000 participants en soutien à l'emploi industriel à Belfort. C'est malheureusement un échec sur le plan comptable. Le contexte sanitaire a pu refroidir les ardeurs de certains : le port du masque était obligatoire. Et même si le Territoire de Belfort est relativement épargné pour l'instant, la deuxième vague de l'épidémie de Covid 19 continue de déferler sur la France.   

Stop à la grande faucheuse des suppressions d'emplois. C'était l'un des slogans repris ce samedi par les manifestants à Belfort.
Stop à la grande faucheuse des suppressions d'emplois. C'était l'un des slogans repris ce samedi par les manifestants à Belfort. © Radio France - Wassilla Guittoune
Choix de la station

À venir dansDanssecondess