Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vidéo L214 à la Sobeval : le ministre de l’Agriculture annonce la suspension de l'abattoir en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, a annoncé ce midi la suspension de l'abattoir de Sobeval en Dordogne sur RTL. Il devait recevoir ce vendredi un rapport sur l'établissement, plus d'une semaine après la publication d'une vidéo choc de l'association L214.

Une vidéo tournée par l'association L214 mettait en avant des manquements à la réglementation dans cet abattoir.
Une vidéo tournée par l'association L214 mettait en avant des manquements à la réglementation dans cet abattoir. © Radio France - Théo Caubel

L'abattoir de la Sobeval à Boulazac est suspendu. Son agrément lui est retiré jusqu'à nouvel ordre. C'est ce qu'a annoncé ce vendredi 28 février midi le ministre de l'Agriculture sur RTL. "J'annonce non pas sa fermeture mais la suspension de cet abattoir. Dès que des mesures correctives seront proposées par ses gestionnaires, cet abattoir pourra reprendre son fonctionnement", a déclaré Didier Guillaume. Il évoque des problèmes de formation des salariés et reconnaît des "dysfonctionnements" pour justifier cette décision. 

700 veaux sont abattus chaque jour à la Sobeval 

Cette annonce fait suite à la vidéo de l'association de protection des animaux L214 tournée dans les locaux de cet abattoir. L'association anti-spéciste mettait en avant plusieurs manquements à la réglementation qui entraîneraient une souffrance accrue des animaux. Dans un premier temps, les services de l'Etat par le biais de la préfecture de la Dordogne avaient déclaré qu'"au premier visionnage [...], il n'y avait pas de mise en évidence de non-confomité." L'établissement a depuis été contrôlé par la brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et par un référent national abattoir. Ce sont les premières éléments de leurs conclusions qui auraient poussé le ministère à suspendre l'abattoir jusqu'à nouvel ordre. 

Toute la filière impactée

"C'est quand même un aveu incroyable des dysfonctionnements, explique Sébastien Arsac, cofondateur et directeur des enquêtes chez L214. Ça prouve que la situation de cet abattoir est extrêmement préoccupante. Il aura fallu une pression médiatique et de l'opinion publique pour que le ministre de l'Agriculture soit contraint d'adopter la seule conduite qu'il aurait dû adopter dès le départ."

Mais face à cette suspension, c'est toute la filière bovine de Dordogne qui s'inquiète. L'abattoir de la Sobeval emploie plus de 450 personnes et abat près de 700 veaux par jour. "On ne pensait pas que ça pouvait arriver. Cela déstabilise toute une filière, alerte Michel Larue de la FDSEA 24 et éleveur de veaux en Dordogne. Il faut que les bêtes partent. Et on ne peut pas remplacer du jour au lendemain un abattoir qui abat plus de 3.000 veaux par semaine." Il s'interroge notamment sur la durée possible de la suspension. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu