Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDEO - "Le Président Macron est terrorisé depuis les événements du Puy-en-Velay", Grégoire Hamelin, FO 37

-
Par , France Bleu Touraine

CGT, Force Ouvrière et FSU sont en colère. En colère contre les autorités qui leur interdisent de manifester ce jeudi à Amboise lors de la venue d'Emmanuel Macron pour les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci. Les syndicats dénoncent "une dérive autoritaire inacceptable".

Grégoire Hamelin, secrétaire départemental FO Force Ouvrière
Grégoire Hamelin, secrétaire départemental FO Force Ouvrière © Radio France - Sylvain Maisonneuve

Indre-et-Loire, France

Les syndicats comptaient jouer les prolongations. Profiter de la venue ce jeudi d'Emmanuel Macron à Amboise pour prolonger ce 1er mai et dire au Président tout ce qui n'allait pas dans le pays. Et que le compte n'y était pas après ses annonces de jeudi dernier. Une manifestation finalement interdite par la Préfecture. Incompréhension et colère de Grégoire Hamelin. 

"Nous avions prévu un rassemblement statique à 11h30, quai du Général de Gaulle. Hors zone rouge. Je ne pense pas que nous aurions représenté une menace directe pour la sécurité d'Emmanuel Macron. Non, je pense vraiment que ce Président est terrorisé depuis les événements du Puy-en-Velay ( où il avait été hué et insulté ). 

Aujourd’hui, il ne peut plus se déplacer en France sans avoir place nette. D'un point de vue des libertés démocratiques, individuelles et collectives, ça pose un vrai problème. Avant lui, aucun autre Président n'avait demandé de telles configurations. Il y a une dérive autoritaire de l'Etat."

Choix de la station

France Bleu