Économie – Social

VIDEO - Les mesures d'économie "ne sont pas un plan d'austérité" assure Valls, des députés PS "atterrés"

France Bleu jeudi 17 avril 2014 à 8:25

VIDEO - Les mesures d'économie "ne sont pas un plan d'austérité" assure Valls, des députés PS "atterrés"

Invité mercredi soir du journal de France 2, le Premier ministre est revenu sur les 50 milliards d'économies entre 2015 et 2017 annoncés plus tôt. Il assure que le gel des prestations sociales "n'ira pas au delà de 2015". Les annonces de Manuel Valls suscitent malgré tout bon nombre de critiques au sein même du PS.

"Il ne s'agit pas d'un plan d'austérité", a assuré Manuel Valls, mercredi soir, face à David Pujadas sur France 2. Le Premier ministre était invité à s'expliquer sur les mesures d'économies annoncées plus tôt dans la journée, s'élevant à 50 milliards d'euros entre 2015 et 2017, dont plus de 20 milliards à réaliser sur les dépenses de sécurité sociale.

"Le gel des pensions sociales n'ira pas au-delà de 2015 " a-t-il promis, confirmant ses propos de mercredi matin, et l'annonce d'un gel des prestations sociales – hors minima sociaux – et de la revalorisation du RSA jusqu'en octobre 2015. Manuel Valls n'a pas commenté le gel du point d'indice de rémunération des fonctionnaires, qui serait pour sa part gelé jusqu'en 2017 ; en revanche il a rappelé que "les engagements de François Hollande sont totalement préservés " en matière d'embauches dans la fonction publique. 

Des députés PS "atterrés"

Cette nouvelle intervention n'a visiblement pas suffi à convaincre une partie des députés PS : Pouria Amirshahi, député des Français établis hors de France, "les parlementaires vont travailler d'arrache-pied pour revoir cette copie qui ne corrspond ni aux nécessités du moment, ni aux engagements que nous avons pris" . Pour Laurent Baumel, député d'Indre-et-Loire, "le contrat de la présidentielle a clairement été rompu ".

"Le gel des minima sociaux, pour un gouvernement de gauche, c'est quand même une mesure illisible et incompréhensible". — Laurent Baumel, député PS d'Indre-et-Loire

Plus tôt dans la journée, le député Christian Paul, l'un des instigateurs de la demande de "contrat de majorité" avant le discours de politique générale de Manuel Valls, avait déclaré que ces mesures sont "inacceptables sur le fond comme sur la forme " . De nombreux députés PS, qui ont découvert ces annonces en direct à l'Assemblée nationale, sont "atterrés " selon lui.

Certains ont fait part de leur désapprobation via leur compte Twitter :