Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO : les personnels soignants du Mans font le haka devant la préfecture de la Sarthe

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

"On veut de la maille et pas des médailles" : c'est avec cette phrase qu'une vingtaine de soignants ont fait le haka ce mardi soir devant la préfecture de la Sarthe au Mans. Un mouvement qui a rassemblé près de 300 personnes pour demander plus de moyens après la crise du coronavirus.

Près de 300 personnels soignants mobilisés devant la préfecture ce mardi soir
Près de 300 personnels soignants mobilisés devant la préfecture ce mardi soir © Radio France - Christelle Caillot

Le haka revisité par les soignants du Mans. Cette danse réalisée habituellement par les rugbymen néo-zélandais a été interprétée ce mardi soir devant la préfecture de la Sarthe par les personnels soignants. Ils étaient une vingtaine à danser sur un rassemblement de près de 300 personnes. Un mouvement pour demander une nouvelle fois des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail après la crise sanitaire du coronavirus.

Des augmentations de salaires et des moyens supplémentaires

Marie, éducatrice spécialisée à l'hôpital psychiatrique d'Allonnes, a participé à ce rassemblement. Elle travaille dans cet établissement depuis 2008 et gagne 1.700 euros par mois. Elle souhaiterait avoir 300 euros de plus. Au-delà des revendications salariales, il faudrait selon elle plus de moyens pour l'hôpital : "Moi je travaille avec des enfants donc je ne suis pas trop touchée, mais dans le secteur adulte, ce qui est de plus en plus préoccupant, c'est la fermeture des lits. Aujourd'hui, ça pousse au portillon à l'entrée de l'EPSM. On ne peut pas tout faire en ambulatoire. Aujourd'hui, je garde le moral mais ça devient difficile. _On sent que l'on a une recrudescence vers l'hôpital. Je suis confrontée à des parents qui sont en très grande difficulté avec leurs enfants du fait du confinement et de la déscolarisation_. On a énormément de demandes et pas forcément de soignants pour faire face".   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu