Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

VIDEO -"On ne croit plus ce gouvernement", Paul Agard, secrétaire départemental SNUIPP-FSU 37

-
Par , France Bleu Touraine

Quatrième journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle contre la réforme des retraites. A Tours, la manifestation partira à 10h depuis la place de la Liberté. Après plus d'un mois de bras de fer, il sera très intéressant de voir l'ampleur de cette nouvelle mobilisation.

Paul Agard, secrétaire départemental du SNUIPP-FSU
Paul Agard, secrétaire départemental du SNUIPP-FSU © Radio France - Sandrine Nardou

Indre-et-Loire, France

Si l'on regarde du côté des écoles, le premier syndicat enseignant, le SNUIPP-FSU évoque entre 30 et 40 % de grévistes. Une mobilisation forte selon le syndicat, pourtant, contrairement au début du mouvement en décembre, toutes les écoles restent ouvertes. Certaines n'assurent toutefois qu'un service minimum. 

C'est un conflit historique. Par son ampleur, sa durée. Il y a une détermination qui est totale de la part des organisations syndicales qui appellent à la grève mais aussi de la part des enseignants. Surtout que cette réforme des retraites vient après celle sur l’école le collège et le lycée. Le mécontentement est encore extrêmement fort", Paul Agard, secrétaire départemental du SNUIPP-FSU

Ce syndicat enseignant n'a pas été convaincu non plus par les augmentations salariales promises par le gouvernement pour maintenir les futures pensions de retraite au même niveau qu'aujourd'hui.

10 milliards d'euros sur 15 ans, ça ne représente strictement rien. Ce qu'il faudrait c'est 10 milliards mais chaque année pendant 15 ans pour pouvoir doubler notre salaire dès le début de notre carrière. Ce gouvernement est déconnecté du terrain. Avec ce ministre, on a l'habitude d'entendre des choses mais il met en place le contraire. On doit les croire sur parole. Et bien non" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu