Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

VIDEO -" Pour le CHU, les internes sont corvéables à souhait. A Tours comme ailleurs", Syndicat des internes

-
Par , France Bleu Touraine

Depuis mardi, les internes ont lancé une grève illimitée à l'hôpital public. Manque de moyen, cadences infernales, salaires trop bas... Et surtout ce sentiment d'être utilisé pour pallier le manque de médecins. Ce mardi, ils étaient 150 en grève au CHRU de Tours.

Kristen Joseph-Delaffon, représentant tourangeau du Syndicat des Internes
Kristen Joseph-Delaffon, représentant tourangeau du Syndicat des Internes © Radio France - Florianne L'Heureux

Tours, France

C'est extrêmement rare. Des internes qui font grève. Aujourd’hui, ces étudiants en médecine ont pris une importance majeure dans le fonctionnement de nos hôpitaux. Ils ont entre 7 et 12 ans d'étude. Ils sont bien souvent les premiers interlocuteurs avec les patients. Et s'ils sont là pour apprendre, ils ont surtout le sentiment de pallier le manque de médecins. 

Pour le CHU, nous sommes corvéables à souhait. Légalement, nous devons travailler 48h/semaine. Mais en moyenne, on fait plutôt 55 heures voire 80 à 90 heures par semaine en chirurgie. Sans compensation financière. Notre salaire ne dépasse pas les 1 500 euros nets. Sans repos compensatoire non plus", Kristen Joseh-Delaffon, représentant à Tours du syndicat des internes

Le syndicat des internes a mis en demeure le CHRU de Tours et d'autres hôpitaux en France. Il dénonce la décision des CHU qui ont obligé certains internes grévistes à venir travailler quand même. Si en temps de grève, l'obligation de soins incombe aux médecins et aux autres personnel de santé, ce n'est pas le cas pour les internes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu