Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

VIDÉOS - Plus de 200 agents du conseil départemental de l'Ardèche manifestent

lundi 14 mai 2018 à 13:45 Par Mélanie Tournadre, France Bleu Drôme Ardèche

Plus de 200 agents du conseil département de l'Ardèche se sont retrouvés, ce lundi matin, dans le hall de l'hôtel du département à Privas, à l'appel de la CGT. Ils dénoncent le projet de réforme de leur temps de travail qui prévoit de leur supprimer sept jours de congés.

Plus de 200 salariés du conseil départemental de l'Ardèche ont manifesté, ce lundi matin, contre le projet d'augmenter leur temps de travail.
Plus de 200 salariés du conseil départemental de l'Ardèche ont manifesté, ce lundi matin, contre le projet d'augmenter leur temps de travail. © Radio France - Mélanie Tournadre

Plus de 200 agents du conseil départemental de l'Ardèche étaient en grève, ce lundi matin à l'appel de la CGT, pour dénoncer le projet de réforme de leur temps de travail.

Passage à 1607 heures de travail par an

Le conseil départemental souhaite augmenter le temps de travail des fonctionnaires territoriaux à partir de septembre 2019, pour qu'il atteigne la durée légale de 1607 heures annuelles. 

Certains des 1900 salariés du Département travaillent moins de 1607 heures par an. 

Projet de supprimer 7 jours de congés 

"Nous proposons à nos agents de perdre sept jours de congés, pour revenir à 27 jours de congés annuels et 1607 heures de travail, ce qui est la durée légale du travail" explique Bérengère Bastide, vice-présidente du conseil départemental en charge du personnel, du dialogue social et de l'administration générale. "Nous avons choisi de ne pas attendre le couperet de l'Etat ou de la chambre régionale des comptes et d'organiser au mieux ce temps de travail pour les agents". 

Reportage au conseil départemental de l'Ardèche.

"Sentiment d'injustice", "manque de considération"

Les agents mobilisés ce lundi matin parlent d'un "sentiment d'injustice", puisqu'ils risquent de "travailler sept jours de plus, pour le même salaire". 

"Le conseil départemental parle de négociations mais en fait il va nous imposer de travailler plus, on va perdre sept jours de congés c'est beaucoup alors qu'on fait un travail difficile et fatiguant" explique une assistante sociale. "Ils vont nous faire perdre l'envie de travailler, de tout donner pour le service public".

"Ils veulent juste faire des économies sur notre dos, supprimer des postes !"

"La direction et les gens sont bien contents de nous trouver quand il faut partir déneiger le soir, la nuit, les weekends ; on ne compte pas nos heures et on se rend disponible et c'est comme ça qu'on nous remercie !" explique un agent des routes. 

De nombreux salariés préféreraient travailler quelques minutes supplémentaires chaque jour, plutôt que de perdre sept jours de congés. 

Reportage au cœur de la manifestation à Privas.

Des représentants des différents services ont été reçus pendant 45 minutes, ce lundi matin, par Bérengère Bastide. Une réunion de négociation a eu lieu ce lundi après-midi pendant près de quatre heures avec l'ensemble des syndicats. "Il n'est rien ressorti de cette réunion, le département veut simplement supprimer 40 à 70 postes avec cette augmentation du temps de travail" explique Jean-Marie Sylvestre, secrétaire général de la CGT des personnels du conseil départemental de l'Ardèche.

Le président du conseil départemental de l'Ardèche, Laurent Ughetto, compte recevoir la CGT, la CFDT et FO, séparément, ce vendredi.